RMC Sport

Dortmund-PSG: Zagadou, le colosse formé à Paris qui décolle en Allemagne

MISSION DORTMUND - Le huitième de finale de Ligue des champions entre le PSG et le Borussia (en direct et en exclusivité sur RMC Sport) sera un moment particulier pour Dan-Axel Zagadou. Parti du club de la capitale à l'été 2017, le jeune défenseur central français est parvenu à se faire une place au BvB.

Si le huitième de finale de Ligue des champions entre le PSG et Dortmund (en exclusivité sur RMC Sport) donnera lieu à des retrouvailles très attendues entre Thomas Tuchel et ses anciens dirigeants, qui ne se sont pas vraiment quittés en bons termes, ce rendez-vous sera aussi particulier pour l’un des joueurs du BvB. Passé de Paris au Borussia à l’été 2017, Dan-Axel Zagadou fera face pour la première fois à son club formateur. L’occasion pour lui de montrer qu’il ne s’est pas trompé en refusant d'y signer son premier contrat professionnel. Comme Fodé Ballo-Touré et Boubakary Soumaré la même année. Comme Moussa Dembélé et Kingsley Coman avant eux. Aujourd'hui âgé de 20 ans, Zagadou est l’un des symboles de l’exode de jeunes talents qui touche chaque année l’octuple champion de France.

>> Cliquez ici pour découvrir les offres de RMC Sport et suivre en exclusivité Dortmund-PSG

Zagadou
Zagadou © AFP

Arrivé en 2011 après avoir fait ses premières gammes du côté de l’US Créteil, le jeune défenseur central est resté six années dans la capitale. Le temps d’acquérir le statut de grand espoir du centre de formation et de se voir confier le brassard de capitaine chez les U18 de l’équipe de France. Pas suffisant toutefois pour suivre les trajectoires d’Adrien Rabiot et Presnel Kimpembe, rares "titis" parisiens parvenus à intégrer durablement l’équipe première. A la fin de son contrat stagiaire, Zagadou a donc préféré faire ses valises et filer en Allemagne. "Je voulais partir, ce n’est pas le club qui m’a dit d’aller voir ailleurs. C’était une période où le PSG achetait beaucoup de joueurs. Il y avait beaucoup d’incertitudes avec les jeunes. Mais je ne suis pas parti parce que j’avais peur, mais parce que Dortmund donne la chance aux jeunes d’évoluer à un niveau élevé", racontait-il en novembre dernier au micro de Canal+ Sport.

Une adaptation réussie en Allemagne

Ses débuts outre-Rhin lui ont donné raison. Titulaire d’entrée en Supercoupe d’Allemagne contre le Bayern Munich (défaite aux tirs au but), il a rapidement enchaîné les bonnes prestations sous les ordres du Néerlandais Peter Bosz, ex-coach de l'Ajax, qui l’alignait alors à un poste inhabituel pour lui de latéral gauche afin de pallier la blessure de Marcel Schmelzer. Imposant dans les duels du haut de son 1m96, bon dans l’anticipation et à l’aise à la relance, il ne lui a pas fallu bien longtemps pour confirmer l’étendue de son talent, au point d’être élu "rookie" du mois en Bundesliga en septembre 2017. La suite s’est révélée un peu plus compliquée. Bosz viré en décembre pour mauvais résultats, le temps de jeu de Zagadou a fondu. Poussé sur le banc par l’Autrichien Peter Stöger, il a également été plombé par des pépins physiques en début d'année 2018.

L’arrivée de Lucien Favre à l'intersaison lui a permis de se relancer. Si le Suisse en a d’abord fait un remplaçant, il l’a intégré à son onze de départ à partir de septembre, en l’alignant tour à tour dans l’axe et dans le couloir gauche où il se sent moins à l’aise. Mais alors qu’il semblait bien parti pour faire toute la saison comme titulaire, une blessure au pied est venue stopper son élan entre décembre et février. Et deux mois après son retour, ce sont des problèmes aux genoux qui l’ont renvoyé à l’infirmerie. Sa première partie de saison 2019-2020 a aussi été délicate. La faute à une concurrence nouvelle incarnée par Mats Hummels, revenu au BvB l’été dernier après trois saisons passées chez le grand rival munichois. Jusqu’à fin novembre, Zagadou n’a eu droit qu’à deux petites apparitions en championnat. Pas de quoi le déstabiliser.

De nouveau titulaire depuis fin novembre

"Lucien Favre essaie de parler à tout le monde, notamment aux jeunes. Même si on ne joue pas, on ne se sent pas délaissé. On a l’impression qu’on peut démarrer à tout moment", décrivait-il il y a deux mois auprès de Canal+. Des propos prémonitoires. Conscient des lacunes affichées par son équipe défensivement, Favre a décidé d’abandonner sa défense à quatre éléments pour mettre en place un 3-4-3 en fin d’année. Un changement de système dont Zagadou a été le grand gagnant. Titulaire six fois de suite toutes compétitions confondues, le gaucher a permis au Borussia de gagner en solidité et de retrouver un équilibre collectif. Il suffit de voir à quel point Dortmund est retombé dans ses travers samedi dernier sur la pelouse d’Augsbourg (5-3) pour comprendre l'importance de Zagadou dans le schéma de Favre. Sans son Français, absent pour cause de douleurs musculaires, le BvB a pris l’eau de toute part face au 10e de Bundesliga. Et a dû s'en remettre à un triplé de sa nouvelle pépite Erling Haaland pour s'imposer.

Zagadou pourrait à nouveau être contraint de déclarer forfait pour la réception de Cologne vendredi (20h30). A moins d’un mois de recevoir Kylian Mbappé et sa bande, Favre ne voudra prendre aucun risque avec le natif de Créteil, qui reconnaît avoir l’équipe de France "dans un coin de la tête. "Pour l’instant, je suis avec les Espoirs. On a des choses à jouer avec les JO et les qualifications pour l’Euro. Je me focalise dessus. Tout ce qui viendra après, ce sera du bonus", confiait-il mi-janvier dans un entretien à beIN Sports. Briller lors de la double confrontation face au PSG serait un bon moyen d’attirer l’attention de Didier Deschamps.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder le huitième de finale de Ligue des champions entre le PSG et le Borussia Dortmund

Rodolphe Ryo