RMC Sport

Ligue des champions: les faiblesses du Bayern que le PSG doit exploiter en finale

Entre la défense haute et le milieu de terrain exposé du Bayern Munich, le PSG pourra tenter d'appuyer sur ces points faibles lors de la finale de la Ligue des champions prévue dimanche à Lisbonne (en direct sur RMC Sport 1). Car après le carton contre le Barça (8-2), le champion d'Allemagne a montré des failles face à l'OL (3-0).

Même si le PSG a livré un match très complet contre le RB Leipzig (3-0), le Bayern Munich peut légitimement être considéré comme le favori de la finale de la Ligue des champions (dimanche 23 août sur RMC Sport 1, coup d'envoi à 21h00). 

Le club allemand, tombeur de Chelsea (3-0 puis 4-1), du FC Barcelone (8-2) et de l'OL (3-0) en marquant trois buts minimum à chaque fois, a gagné tous ses matchs jusqu'à présent. Il existe pourtant des faiblesses que le PSG pourrait exploiter.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la finale PSG-Bayern de la Ligue des champions

Une défense perméable

C'est un constat qui n'est pas seulement établi sur la base de la victoire contre l'Olympique Lyonnais, mais aussi sur le match face au FC Barcelone. Évidemment redoutable en attaque, le Bayern Munich est aussi friable en défense.

C'est particulièrement vrai sur l'aile gauche, dans le dos du latéral (très) offensif Alphonso Davies et de David Alaba, obligé de dépanner dans l'axe alors qu'il est habitué à jouer sur le côté. D'une manière générale, l'ensemble de la ligne défensive des Bavarois est exposée, compte tenu de leur volonté de jouer très haut. "On laisse forcément des espaces", a admis Benjamin Pavard, ce mercredi soir au micro de RMC Sport.

Ce défaut a permis à l'OL de se procurer plusieurs occasions, avec les appels de balle de Memphis Depay et Karl Toko Ekambi. Il a fallu une prestation parfaite de Manuel Neuer et de la maladresse chez les deux attaquants lyonnais pour éviter au Bayern Munich d'être puni. "Si Mbappé, Neymar et Di Maria ont autant d'espaces, ça pourrait faire des ravages", estime Jérôme Rothen, membre de la Dream Team RMC Sport.

Le milieu exposé à l'intensité et à la largeur

Le Paris Saint-Germain aura sans doute remarqué que l'intensité de l'Olympique Lyonnais dans le premier quart d'heure a déstabilisé le Bayern Munich. "C'était difficile de jouer contre une équipe qui court beaucoup", a admis l'entraîneur Hansi Flick. "Lyon nous a mis beaucoup de pression", a également commenté le double buteur Serge Gnabry.

Le match a aussi montré que le Bayern Munich avait tendance à laisser beaucoup d'espace entre ses lignes. Ce qui peut mettre en difficulté sa paire Goretzka-Alcantara au milieu de terrain, en particulier lorsque le jeu passe sur les côtés. "Ils sont prenables sur la largeur", a d'ailleurs rappelé Rudi Garcia après le match. Des "petits manques de rigueur tactique" qui, selon Jérôme Rothen, pourraient leur poser problème pour "récupérer" des ballons. Mais il faudra sans doute que le trio de milieux parisiens soit aussi compact et efficace qu'il l'a été contre Leipzig. 

JA