RMC Sport

Ligue des champions : les notes de l’Atlético

-

- - -

Comme il y a deux ans, l’Atlético de Madrid s’est incliné en finale de la Ligue des champions face à son rival du Real, aux tirs au but ce samedi à Milan (1-1, 5-4 tab). Si Ferreira-Carrasco a brillé lors de son entrée après la pause, Fernando Torres a déçu. Malheureux sur son penalty raté, Antoine Griezmann a dévoilé un sacré mental en allant inscrire son tir au but lors d’une séance pourtant fatale.

Jan Oblak : 5

D’un arrêt du pied miraculeux sur un ballon coupé par Benzema de près, il sauve son équipe d’entrée (6e). Sur le but de Sergio Ramos (15e), il subit l’action, à l’image de son équipe, même si l’on ne peut pas réellement parler d’erreur de placement. Propre sur le reste de la rencontre. Mais il a suffi d’une fois… Absent lors de la séance de tirs au but.

A lire aussi >> Ligue des champions : le Real de Zidane tient sa "Undecima"

Juanfran : 5,5

Sur son côté droit, le barbu espagnol a tenu la boutique défensivement. Son entente avec Saul Niguez aura offert de belles séquences. Surtout, il est décisif avec le centre qui amène l’égalisation de Ferreira-Carrasco. On n’a pas beaucoup vu un Cristiano Ronaldo qui rodait dans sa zone. Et quelles jambes en prolongation ! Le destin du latéral est terrible, son tir au but échoue sur le poteau et donne la balle de match à Cristiano Ronaldo.

Diego Godin : 5,5

Mal placé sur la grosse occasion de Benzema en début de match, l’Uruguayen a affiché quelques déficiences dans ce domaine, inhabituelles pour lui. On a frisé le tour de rein du défenseur sur un dribble exécuté dans la surface par l’attaquant tricolore (32e). Le reste ? Un jeu de tête toujours précieux, le pied (souvent) où il faut.

A lire aussi >> Ligue des champions : les notes du Real Madrid

Stefan Savic : 4,5

Le moins convaincant des défenseurs de l’Atlético. Il laisse Sergio Ramos filer dans son dos sur le but. Il gâche également une balle d’égalisation (54e).

Filipe Luis : 6

L’égal de Juanfran côté gauche. Il n’a pas hésité à jouer très haut après la pause, offrant régulièrement des solutions dans son couloir. Touché à la cuisse, il a été remplacé par Lucas Hernandez (108e).

Augusto Fernandez : 4 (puis Ferreira-Carrasco : 7,5)

Il impacte moins le cœur du jeu que son capitaine Gabi. Discret dans le jeu durant les 45 premières minutes, il a été remplacé par Yannick Ferreira-Carrasco à la pause. En faisant entrer son ailier belge, Diego Simeone a retenté le même coup qu’en demi-finale retour sur la pelouse du Bayern Munich. Pari gagnant. L’ancien Monégasque a d’abord créé le déséquilibre qui manquait l’Atlético par ses rushes, ses provocations balle au pied. Servi par Juanfran, il reprend en force au second poteau pour l’égalisation. Il a enflammé le stade d’une superbe percée dans le temps additionnel, stoppée par Sergio Ramos qui aurait mérité plus qu’un jaune sur ce coup. En prolongation, ses dribbles ont fait mal. L’homme du match côté Atlético.

Gabi : 6,5

D’abord déménageur, le capitaine de l’Atlético est ensuite monté en régime techniquement. Sa louche pour Griezmann à la 35e est un régal. Une autre, magnifique, reprise à une touche par Juanfran, sera décisive sur l’égalisation de Ferreira-Carrasco. Pierre angulaire du milieu des Rouge et Blanc, il incarne cet esprit à la fois dur au mal et pas maladroit du tout. Il passe son tir au but en force.

Luis Fernandez décrypte le jeu de l'Atlético à voir ici

Saul Niguez : 5,5

Sa volée à l’heure de jeu sur un service de Ferrerira-Carrasco a flirté avec le but (59e). Une action qui reflète la qualité de son match. Parfois dangereux, mais pas décisif. Il s’est éteint au fil du match. Parfait sur son tir au but.

Koke : 6

Il commencé son match par un taquet sur Casimero. On l’a préféré à partir de la demi-heure de jeu. Sa montée en puissance a accompagné celle de son équipe. En dehors de Griezmann, il fut l’un des rares à prendre sa chance. Etonnant alliage de hargne, d’impact et de technique. En fin de match, il est venu chercher les ballons plus bas. Il a terminé la rencontre perclus de crampes, remplacé à la 115e par Thomas Partey.

Antoine Griezmann : 6

Quasiment invisible hormis pour son travail défensif pendant une demi-heure, le Français est ensuite sorti de sa boîte sur plusieurs frappes. Il a été en effet quasiment le seul à prendre sa chance. On a bien cru que le héros des quarts et des demies allaient encore attirer la lumière jusqu’à cette terrible 48e minute. Sa passe amène le penalty provoqué par Torres. Griezmann prend ses responsabilités, mais sa frappe est renvoyée par la transversale. Le Français ne pourra pas accuser les poteaux carrés. Mais quel mental ! Il fallait avoir la tête sacrément froide pour y aller lors de la séance de tirs au but. Le Français a claqué son contre-pied, tranquille. Son parcours européen ne méritait pas cette cruelle conclusion.

>> Benzema ou Griezmann, c'est qui le plus fort à lire ici

Fernando Torres : 4,5

Le moins convaincant des quatre joueurs offensifs de l’Atlético. En première période, il n’a pas réussi une seule passe, même si ses appels ont ouvert quelques brèches pour Griezmann. Il joue en revanche très bien le coup sur le penalty en allant chercher la faute de Pepe. Mais le Français a touché la barre…

la rédaction