RMC Sport

Ligue des champions: que vaut le FC Bruges, premier adversaire du PSG ?

Le Paris Saint-Germain entamera ce mercredi soir sa saison 2021-2022 de Ligue des champions en Belgique, sur le terrain du FC Bruges (21h, RMC Sport 1). Un adversaire évidemment à sa portée mais qui devient, peu à peu, une valeur sûre de la scène continentale.

C’est promis, on ne vous parlera pas de match piège. Vu son mercato estival, son effectif actuel, et le onze que Mauricio Pochettino devrait aligner ce mercredi soir, avec un possible trio Neymar-Messi-Mbappé en attaque, le PSG sera évidemment le grand favori pour son premier match de poule de Ligue des champions sur le terrain du FC Bruges (21h, RMC Sport 1), ou Club Brugge, ou "Club" tout court. Mais il devra tout de même se montrer sérieux s’il veut dominer une solide formation.

>>> Abonnez-vous à RMC Sport pour regarder les clubs français en Ligue des champions

Un club en plein développement

Le football belge à la fin des années 2000 et au début des années 2010, pour le grand public, c’était surtout Anderlecht. Mais le club de Bruxelles est tombé de son trône, et c’est aujourd’hui le FC Bruges, après quelques heures de gloire continentale dans les années 1970, qui domine les débats dans le plat pays.

Sur les six dernières saisons, les "Blauw and Zwart" (bleu et noir) ont remporté le championnat local à quatre reprises (2016, 2018, 2020, 2021) et ont peu à peu creusé l’écart avec leurs concurrents. Sur un plan sportif, en se spécialisant dans le développement de jeunes joueurs qu’ils ont parfois vendu très cher, structurel, avec un nouveau centre d’entraînement et un projet de futur stade de 40.000 places, mais aussi économique, avec un budget passé à 100 millions d’euros environ, notamment grâce à la Ligue des champions qu’ils disputent pour la cinquième fois depuis 2016-2017.

Une certaine expérience en C1, mais un mauvais souvenir contre le PSG

Le "Club" est ainsi devenu un visage familier de la C1. S’il reste sur trois troisièmes places de suite sans voir les huitièmes, il n’y a globalement pas été ridicule. Et peut même se targuer de jolis résultats, notamment un carton sur le terrain de Monaco (4-0, novembre 2018) ou des nuls face à l’Atlético (0-0, décembre 2018) et le Real Madrid (2-2, octobre 2019). A vrai dire, son pire souvenir reste une défaite 5-0 en octobre 2019, à domicile, contre… le PSG. Avant un revers 1-0 au Parc des Princes lors du match retour.

"Le PSG a changé ces dernières années, ce n’est plus la même équipe, explique à RMC Sport Philippe Clement, entraîneur brugeois. Nous avions eu des difficultés au premier match, mais nous avions été bons à Paris au retour. Et chez nous aussi, certains joueurs sont depuis partis, comme (Krépin) Diatta à Monaco, ou (Odilon) Kossounou cet été."

Les Français Nsoki et Maouassa, l'expérimeté Mignolet, les prometteurs Lang et De Ketelaere

Le défenseur central ivoirien (20 ans), acheté à Hammarby pour environ 4 millions d’euros en 2019, a été vendu 30 millions au Bayer Leverkusen en juillet. Ce qui a permis aux dirigeants brugeois d’être très actifs sur le marché des transferts, en recrutant le milieu offensif ghanéen de Leicester Kamal Sowah (21 ans, 9 millions), le prometteur ailier néerlandais de l’Ajax Noa Lang (22 ans, 6 millions, déjà prêté la saison dernière), ou en faisant ses emplettes en Ligue 1 avec les signatures de l’ex-Niçois (et Parisien) Stanley Nsoki (22 ans, 6,5 millions) et de l’ex-Rennais Faitout Maouassa (23 ans, 4 millions).

Des joueurs qui sont venus rejoindre l’expérimenté attaquant néerlandais Bas Dost (32 ans), l’ancien gardien de Liverpool Simon Mignolet (33 ans), ou encore le "crack" Charles De Ketelaere (20 ans), présenté comme l’un des plus grands espoirs de Belgique depuis quelques années.

"Il est important pour nous de bien travailler avec les jeunes, c’est le noyau de l’équipe, indique Clement. Ces jeunes ont une grosse marge de progression, ils font des erreurs de temps en temps, mais notre projet est de les améliorer, de les encadrer avec des joueurs plus expérimentés."

Une équipe qui marque, mais qui encaisse aussi pas mal de buts

Cela semble fonctionner, puisqu’après sept journées de Jupiler Pro League, Bruges est déjà leader avec 14 points. "C’est une équipe qui joue bien au football, qui domine le championnat belge depuis quelques années, observe Mauricio Pochettino. Ils sont très athlétiques mais pratiquent aussi un foot attractif et peuvent changer de système, en 5-3-2 ou en 4-3-3. Ils savent varier leur jeu. On doit les respecter."

Le coach du PSG aura remarqué que Bruges possède aujourd’hui la meilleure attaque du championnat belge (15 buts) mais qu’il a également encaissé pas mal de buts (11) depuis le début de la saison. "Il sera difficile de garder ma cage inviolée, mais je l’ai déjà dit, tu ne peux pas garder ta cage inviolée tout seul en tant que gardien, a expliqué mardi Simon Mignolet en conférence de presse. On a réfléchi à un plan, on a travaillé cette semaine pour trouver une manière de défendre tous ensemble, et pas seulement de défendre, mais aussi de leur faire mal."

Le portier espère aussi pouvoir s’appuyer sur "le 12e homme", les 25.000 et quelques supporters brugeois du stade Jan-Breydel, très attachés à la devise du club: "No sweat, no glory", "Pas de sueur, pas de gloire". "Il y a une atmosphère un peu anglaise ici avec les supporters, beaucoup d’engagement, beaucoup de bruit, les supporters sont toujours motivés pour les matchs européens, prévient Philippe Clement. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime être ici, ça correspond à mon style, mettre beaucoup d’engagement à chaque match. C’est ce que les supporters aiment. Si tu fais des erreurs, ce n’est pas grave, mais si tu ne donnes pas tout, c’est autre chose…"

Clément Chaillou (avec L.T.)