RMC Sport

Lo Celso, brillant avec le Betis, est-il le milieu qui manque au PSG ?

La rencontre face à Naples en Ligue des champions a mis en lumière le déséquilibre de l'effectif parisien, notamment au milieu de terrain. Le PSG ne s'est pas renforcé cet été dans l'entrejeu et a même laissé partir l'Argentin Giovani Lo Celso au Betis Séville. Et si le chaînon manquant, finalement, c'était lui ?

A San Siro, jeudi soir, Giovani Lo Celso s'est rappelé au bon souvenir de l'Europe du foot. À la 54e du match entre le Betis Séville et le Milan AC, le joueur prêté par le PSG décoche une frappe limpide des 25 mètres de son pied gauche. Celle-ci vient heurter le poteau avant de faire trembler les filets de Pepe Reina. Un bijou qui permettra au club espagnol de signer un précieux succès dans le groupe F (1-2).

Pas besoin de Lo Celso pour Paris, vraiment ?

Forcément, les supporters parisiens, après la performance des leurs face à Naples (2-2), doivent à nouveau se poser des questions sur le départ du milieu de terrain argentin cet été (prêt avec option d'achat à 25 millions d'euros). Le déséquilibre criant dans l'entrejeu affiché lors du nul face au club italien amène logiquement des interrogations. Thiago Motta ayant pris sa retraite, le prêt de Lo Celso au Bétis marquait l'un des premiers choix forts de Thomas Tuchel. Non, a priori, Paris n'avait pas besoin de lui. Aujourd'hui, la donne peut paraître différente.

Le pivot Verratti-Rabiot montre ses limites en C1

Le double pivot Verratti-Rabiot a les faveurs du technicien allemand. Sans véritable récupérateur (Lassana Diarra, qui a ce profil, n'est jusqu'à présent qu'une solution de remplacement), le manager du PSG s'appuie sur un milieu technique à même de servir vite et bien son quatuor offensif. Une stratégie payante en Ligue 1 avec une défense à trois et Marquinhos très souvent positionné en sentinelle devant la défense, mais qui montre ses limites en Ligue des champions.

À défaut d'être un récupérateur, l'Argentin pourrait faire l'affaire dans le turnover

Au Betis, Lo Celso est la plupart du temps positionné en numéro 8 dans un système en 3-5-2. Pas vraiment à la récupération non plus donc, d'autant que le traumatisme du Real Madrid l'an passé sous Emery - avec l'Argentin en sentinelle - n'est pas encore oublié. S'il n'a pas forcément le profil recherché et fait davantage office de relayeur que de véritable récupérateur, il pourrait aussi être une solution crédible en turnover. Rabiot enchaîne les matchs et Verratti revient après sa blessure. Draxler et Di Maria, parfois repositionnés plus bas, gardent un profil très offensif.

Aujourd'hui, Paris a toujours sur les bras le dossier brûlant de ce renfort souhaité au milieu. Plusieurs noms avaient été évoqués lors du mercato estival mais personne n'était arrivé. Quand on voit briller Lo Celso à Séville, il y a de quoi être encore un peu circonspect...