RMC Sport

OM-Sporting: "Je l’ai fait un peu exprès", Tudor explique sa colère d'avant-match dans le tunnel

Agacé par le retard pris pour débuter le match, Igor Tudor a piqué une colère dans le tunnel du Vélodrome avant le coup d’envoi de la rencontre de Ligue des champions entre l’OM et le Sporting, ce mardi soir (4-1). Le coach croate a en partie utilisé cette stratégie pour secouer ses joueurs.

C’est l’image marquante de l’avant-match entre l’OM et le Sporting. Ce mardi soir, à l’occasion de la troisième journée de Ligue des champions (4-1), Igor Tudor est apparu passablement agacé dans le tunnel du Vélodrome avant de rentrer sur la pelouse. Alors que le match, initialement prévu à 18h45, a été repoussé à 18h55 puis 19h, le coup d’envoi a finalement été donné à… 19h07. De quoi faire bouillonner le technicien croate, comme on peut le voir dans la séquence captée par les caméras de RMC Sport ci-dessous.

>> Revivez OM-Sporting (4-1)

>> Abonnez-vous à RMC Sport pour regarder l'OM en Ligue des champions

"J’étais énervé parce qu’on était dehors, et on nous a prévenus du nouveau changement d’horaire pour le coup d’envoi alors qu’on était déjà sortis du vestiaire pour l'échauffement, a détaillé Tudor au micro de RMC Sport après la rencontre. Ce n’est pas normal. Ce n’est pas correct. Il faut prévenir d’abord. Après on est sorti à 19h, et l’autre équipe n’était toujours pas là."

Tudor: "Je me suis un peu énervé aussi pour les réveiller"

"Ce n’est pas un problème qu’une équipe soit en retard, c’est quelque chose de légitime, ça peut arriver à tout le monde, a-t-il poursuivi quelques minutes plus tard en conférence de presse. Le problème, c’est que le délégué nous a dit à nous qu’on allait jouer à 18h55. On avait calé tout le programme d’avant-match et l’échauffement sur cet horaire."

En conférence de presse, Tudor a également confié qu’il s’était volontairement emporté pour secouer ses joueurs, un peu trop amorphes à son goût. "Comme j’ai vu mes joueurs qui attendaient sans bouger, je me suis un peu énervé aussi pour les réveiller. Je l’ai un peu fait exprès. Je n’étais pas énervé par rapport au retard du Sporting, mais par rapport aux décisions prises et à la communication du délégué. Ça n’a pas de sens et ça va à l’encontre de mon équipe."

Au final, cette stratégie ne s’est pas avérée payante, puisque les Olympiens ont concédé l’ouverture du score après seulement 51 secondes de jeu. "Le but précoce ? Je ne pense pas que c’est une histoire de stress, a balayé Guendouzi, interrogé par RMC Sport sur les conséquences du retard des Portugais et de la colère de son coach. Ils ont juste très bien joué la situation, on se fait avoir bêtement. Mais après on a très bien rectifié ça. On a su répondre présent par la suite donc c’est de très bon augure."

"Ce qu’il se passe avant ou après le match, ce n’est pas le plus important, ce qui compte c’est ce qui se passe sur le carré vert", a appuyé Harit, auteur du deuxième but olympien ce mardi soir. Malgré une mise en route délicate, l’OM a finalement déroulé pour débloquer son compteur en Ligue des champions.

F.Ga. avec T.D. à Marseille