RMC Sport

PSG-Barça: pouquoi Rafinha ne s’est pas imposé à Barcelone

Le 8e de finale retour de Ligue des champions entre le PSG et le Barça, ce mercredi au Parc des Princes (21h sur RMC Sport 1), va permettre à Rafinha de retrouver son club formateur. Le milieu de terrain brésilien a évolué durant de longues années en Catalogne. Sans parvenir à s’y rendre indispensable. La faute à plusieurs graves blessures, qui ont entravé son ascension.

C’est avec une encombrante étiquette scotchée sur la valise qu’il a poussé les portes de la Masia durant l’été 2006. Celle du fils de Mazinho, l’ancien international brésilien, champion du monde 1994. Celle aussi du petit frère de Thiago Alcantara, arrivé deux ans plus tôt au centre de formation du FC Barcelone. L’un des plus réputés d’Europe. Du haut de ses 13 ans, Rafinha n’a pas eu le loisir de s’intégrer discrètement au QG des pépites catalanes. Tout le monde savait déjà qui il était. Cette réputation n’a pas empêché le natif de Sao Paulo, qui a suivi très jeune son père footballeur en Espagne (à Valence, puis Vigo), de se distinguer rapidement au sein de l’académie blaugrana.

A l’époque, il se lie d’amitié avec un autre grand espoir du Barça, un certain Mauro Icardi. "En cours, nous étions toujours assis ensemble, confiait Rafinha à TF1 en novembre dernier. En informatique, on était à la même table et à on avait une classe un peu compliquée, avec beaucoup d’agitateurs (sourire)." Souriant et chambreur, "Rafael" (dont la mère est une ancienne joueuse de volley) se fait une place de choix dans sa promo. "Rafa a toujours été le plus blagueur, assure au Parisien Luis Gustavo Ledes, le milieu de terrain du CD Castellon (D2 espagnole), présent à l’époque. On s’entendait tous bien, on s’amusait beaucoup et on était ensemble en permanence".

Le protégé de Luis Enrique

C’est dans cette atmosphère fraternelle que Rafinha se développe balle au pied de l'autre côté des Pyrénées. Avec pas mal de succès. D’abord en tant que milieu de terrain, puis en tant que faux n°9 sous les ordres d’Oscar Garcia (passé par Saint-Etienne en 2017). Mais sa carrière décolle vraiment en janvier 2011, lorsque Luis Enrique l’intègre à l’équipe B du Barça lors d’un match contre Girone (1-2). Dix mois avant que Pep Guardiola le fasse entrer en jeu à la place de Cesc Fabregas sur la pelouse de L’Hospitalet, en Coupe du Roi (0-1). Pour son baptême professionnel. A seulement 18 ans.

Rafinha enchaîne le mois suivant par une première titularisation avec le Barça lors d’un match de Ligue des champions face au BATE Borisov (4-0). Avant de retourner avec les jeunes. Malgré un nouveau contrat étendu, il évolue surtout en réserve les années suivantes. Jusqu'à être prêté au Celta Vigo en 2013. Il y retrouve Luis Enrique et réalise une excellente saison en Galice (33 matchs, 4 buts, 7 passes). De quoi revenir avec un nouveau statut au Camp Nou l’été suivant, au moment où le même Luis Enrique prend les rênes du Barça.

Rafiinha
Rafiinha © Icon

Trois graves blessures au genou

Rafinha devient alors un élément important de l’effectif blaugrana. Mais la concurrence est rude pour celui qui évolue dans la zone privilégiée de Xavi et Andrés Iniesta. Malgré la présence des deux tauliers espagnols, l’international brésilien (deux sélections lors de matchs amicaux) parvient à gratter du temps de jeu. Et monte clairement en puissance en participant au triplé historique de 2015 (Ligue des champions-Liga-Coupe du Roi). Jusqu’au 16 septembre. Ce soir-là, le Barça est en déplacement au stadio Olimpico pour affronter l’AS Rome en phase de poules de la C1. Quatre minutes après son entrée en jeu, Rafinha est victime d’un gros tacle de Radja Nainggolan. Le verdict est lourd: rupture du ligament croisé du genou droit. Opération. Il se retrouve éloigné des terrains durant six mois.

Après avoir remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de Rio en 2016, avec Neymar, Marquinhos et Gabriel Jesus, il se blesse à nouveau gravement au genou droit en avril 2017. Le ménisque cette fois. Nouvelle opération. Cinq mois d’absence. De quoi compliquer sérieusement les choses à Barcelone, où il perd peu à peu sa place. En janvier 2018, il part en prêt jusqu’à la fin de la saison à l’Inter. Et en profite pour se relancer en Lombardie (17 matchs, 2 buts). Mais le sort s’acharne sur lui et le gaucher du Barça est victime en novembre d’une rupture du ligament croisé du genou gauche. Troisième opération. Encore sept mois loin des terrains. La rechute de trop pour le club catalan, qui décide alors de s’en séparer au terme de 90 apparitions, dont 18 en Ligue des champions (12 buts, 8 passes).

"Je me sens aussi Catalan"

Après un nouveau prêt d’un an au Celta Vigo, Rafinha, qui n’a plus porté le maillot blaugrana depuis août 2019, s’engage en octobre dernier avec le PSG. Dans les toutes dernières heures d’un mercato à rallonge. Et le destin lui offre aujourd’hui l’occasion d’affronter son club formateur, en 8e de finale de la Ligue des champions. A condition que Mauricio Pochettino fasse appel à lui pour ce match retour entre Paris et Barcelone, ce mercredi au Parc des Princes (21h sur RMC Sport 1). Remplaçant il y a trois semaines au Camp Nou, le n°12 du PSG, auteur d’une saison plutôt séduisante, pourrait profiter de l’absence de Neymar (blessé) pour se montrer. Quoi qu’il en soit, cette affiche ne laisse pas indifférent celui qui était titulaire avec le Barça lors de la remontada de 2017.

"Au Barça, ils m'ont tout donné. J'ai tout appris ou presque au sein de leur centre de formation, a-t-il confié le mois dernier au Parisien, sans rancune ni frustration. J'ai beaucoup d'affection pour cette période. J'ai grandi à Barcelone, j'y ai vécu 13 ans, je me sens aussi Catalan. J'ai appris comme footballeur avec le Barça mais comme personne aussi dans cette ville. Pour moi, le Barça sera toujours particulier".

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour voir PSG-Barça et tous les matchs de la Ligue des champions

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport