RMC Sport

PSG-Bayern, le film de la qualification parisienne: quand Pochettino recadre Flick en plein match

Voyant Hansi Flick s’agiter au bord de la pelouse, c’est un Mauricio Pochettino ferme qui s’est approché pour calmer l’entraîneur du Bayern mardi soir, lors de la qualification du PSG pour les demi-finales de la Ligue des champions. Des images que vous pouvez découvrir dans le film d’une soirée historique pour les Parisiens, héroïques de résistance contre les Munichois.

On pensait le PSG voué à subir la pression allemande comme à l’aller. Et pourtant, les joueurs de Mauricio Pochettino ont su corriger le tir pour renverser la pression à domicile. Et le Bayern Munich a plié, sans jamais rompre. Il aura même rééquilibré les comptes, mais pas obtenu ce qu’il était venu chercher, à savoir la qualification dans le dernier carré.

"Aptitude et attitude", tels étaient les mots clefs dictés par l’entraîneur Mauricio Pochettino pour éliminer le Bayern Munich et réaliser un exploit. Ses joueurs ont appliqué la recette, et depuis sa zone technique, où il s’évertuait à ne rien laisser transparaître du frisson qui parcourait tout son être, le technicien argentin a montré l’exemple.

>> Abonnez-vous à RMC Sport pour suivre la Ligue des champions

Pochettino, maître zen

Agacé par le comportement de son homologue allemand Hansi Flick, Mauricio Pochettino s’est gentiment approché de l’entraîneur du Bayern Munich, avec un charisme certain, armé fausse décontraction, mais pas sans détermination, pour lui dire le fond de sa pensée: "Hansi Hansi , tu sais quand je parle à l’arbitre, ce serait bien que tu n’interviennes pas !"

L’échange sera cordial entre les deux coachs: "Oui, mais moi aussi je veux parler à l’arbitre", lui répondra Flick avant de regagner sa place. Ce calme dans la tempête est peut-être le plus gros cap que le PSG ait franchi lors de cette double confrontation, avec beaucoup moins de panique dans les temps difficiles et une croyance inébranlable en ses forces.

Les progrès entrevus dans ce domaine sont à mettre au crédit de l’entraîneur, arrivé le 2 janvier. Mauricio Pochettino s’est efforcé de rester maître de ses émotions tout au long de la rencontre. "A l’intérieur ça bouillait, mais je ne voulais pas le montrer", a-t-il raconté après la qualification. La sérénité qu’il dégage fait beaucoup de bien à son équipe et imprègne les joueurs.

QM