RMC Sport

PSG-Bayern: dans les coulisses de la qualification héroïque des Parisiens

Sereinement préparés par Mauricio Pochettino, les joueurs du PSG ont utilisé les déclarations d'avant-match de Joshua Kimmich pour décupler leur motivation et éliminer le Bayern Munich en quart de finale de la Ligue des champions. Une énorme performance qu'ils ont savouré avant de mettre le cap sur la course au titre en championnat.

La joie immense du capitaine Marquinhos, pourtant blessé, sur le banc de touche a été le symbole de la délivrance parisienne au coup de sifflet final. Le Brésilien a souffert pendant 90 minutes dans les tribunes du Parc des Princes, mardi soir pour le quart de finale retour de Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et le Bayern Munich (0-1). Avant la rencontre, il avait exprimé auprès des siens son énorme déception et sa frustration de ne pas pouvoir être sur le terrain. Une journée difficile pour le défenseur, jusqu’à cette explosion de joie.

>> Abonnez-vous aux offres exclusives RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Le PSG aura tout donné pour éliminer le champion d’Europe en titre mardi soir. Et su puiser de l’énergie dans les déclarations de son adversaire. Lundi, sur le site officiel du Bayern, Joshua Kimmich déclarait: "Parce que nous sommes la meilleure équipe, je suis convaincu que nous allons passer. Nous étions la meilleure équipe lors du premier match, mais malheureusement le résultat ne correspondait pas à notre performance. Quoi qu’il en soit, je suis convaincu que nous pouvons inverser les choses dans le deuxième match".

"Ça s’est retourné contre Kimmich"

En quelques heures, le discours du milieu de terrain allemand arrive jusqu’au Camp des Loges. Et "l’arrogance" du joueur de 26 ans est très vite devenue un sujet de conversation: "Ils en ont parlé après l’entraînement de lundi, puis après avec leurs potes, explique un proche du groupe parisien. Ça s’est un peu retourné contre Kimmich, parce qu’il n’a fait que les motiver".

La joie de Leandro Paredes avec Neymar devant l’Allemand et les messages des Parisiens sur les réseaux sociaux après la rencontre n’ont fait que valider cette thèse. Surtout, en privé, d’autres joueurs du Bayern Munich avaient également chambré les champions de France avant le match aller. D’où le sentiment chez certains joueurs que les Bavarois ne les ont pas pris au sérieux. Une sensation partagée via leur groupe WhatsApp, pendant les jours qui ont précédé les deux rencontres.

Atmosphère sereine

Le discours a été un peu différent du côté du staff technique et de Mauricio Pochettino. Depuis son arrivée en janvier, l’Argentin s’est toujours montré très calme dans l’approche des grands rendez-vous. L’entraîneur parisien a d’ailleurs choisi de révéler la composition d’équipe à ses joueurs très tôt dans l'après-midi de mardi. Alors qu’il avait attendu la dernière réunion autour de 17h30 à Munich, le coach a cette fois donné son onze vers 14h30, après le déjeuner et une petite séance vidéo. Un choix visant à apporter de la sérénité à ses joueurs.

Une sérénité qui s’est poursuivie jusque dans l’après-match. Les festivités dans le vestiaire parisien ont été intenses, mais rapides, et les discussions tournées vers les prochaines étapes. Un moment privilégié pour certains titis parisiens comme Ismaël Gharbi, pas dans le groupe mardi soir, mais qui a fini sur la table du vestiaire à savourer cette victoire avec les cadres. Le temps également pour l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, de passer une tête dans le vestiaire auprès d’un Nasser Al-Khelaïfi très expressif.

Après minuit, quasiment tous les joueurs avaient déjà quitté les lieux. Certains se sont retrouvés ensuite pour un repas. Ce mercredi, les joueurs pouvaient savourer et récupérer. Ils se retrouveront jeudi matin au Camp des Loges pour préparer la réception de l'AS Saint-Étienne dimanche. Le retour à la réalité de la Ligue 1.

M.Bo et L.T