RMC Sport

PSG-Manchester City: les doutes de la presse anglaise sur Paris et sa constellation de stars

La presse anglaise donne peu de chances au PSG de rivaliser avec Manchester City, ce mardi (21h, sur RMC Sport 1) en Ligue des champions, après un début de saison poussif marqué par les débuts très discrets de Lionel Messi.

Le PSG a-t-il seulement la capacité d’embêter Manchester City ce mardi soir, et à plus long terme d’envisager la victoire finale en Ligue des champions ? La presse britannique en doute sérieusement ce matin, et les dépenses somptuaires n’ont fait que renforcer cette idée d’un club plus attaché à son image et à son prestige qu’à la cohérence de sa politique sportive selon elle.

Des joueurs à la stature internationale sont venus renforcer le PSG cet été, à des postes qui en avaient le plus grand besoin. Lionel Messi est arrivé. Et pourtant, "les préoccupations tactiques demeurent", note le Guardian. Le PSG s’est renforcé, c’est une évidence, mais il a aussi conservé les mêmes défauts, notamment en matière d’équilibre de son équipe.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder PSG-Manchester City en Ligue des champions

Mauricio Pochettino, l’entraîneur, a entre les mains un trésor, mais un trésor à manier avec précaution, sous peine de se brûler. Ne pas obtenir le meilleur d’un tel effectif pourrait lui coûter son poste, plus tôt peut-être qu’il ne l’imagine. Le PSG est invaincu avec neuf victoires en autant de rencontres disputées depuis le début de la saison, en Ligue 1, mais ce n’est pas suffisant. "Cela ne sera jamais suffisant, pas à Paris", constate le Daily Mail.

Pochettino contraint de jongler avec les egos

Le Football circus est ainsi fait que Mauricio Pochettino est tout à la fois, "manager, jongleur, diplomate, et pas nécessairement dans cet ordre", ironise le Mail. Une scène a particulièrement frappé les esprits en Angleterre: la présence de Leonardo, le directeur sportif, et de Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, à l’entraînement de veille de match, avant un choc de cette importance. Pourtant une vieille habitude au PSG, mais qui dit beaucoup des rouages et des coulisses du club de la capitale selon la presse anglaise.

"C'est là que se trouve le pouvoir au PSG, pas dans le bureau de l'entraîneur principal", analyse le Daily Mail. Le cas Messi est un exemple des plus frappants, souligne le Guardian: "Messi souffre d'une blessure au genou gauche, ce qui lui a fait manquer la victoire contre Montpellier le week-end dernier. Il s'est entraîné dimanche. Dans ces circonstances, une superstar normale serait décrite comme 'susceptible d'être sur le banc'. Mais Messi est sûr à 100% d'être là, ne serait-ce que pour les regards, les likes, les gros plans et la première occasion d'intégrer cette iconographie à la marque PSG en mondovision."

Il est vrai que les retombées de l’arrivée de Lionel Messi se sont moins faites sentir sur le terrain pour le moment qu’en termes de données économiques, avec la signature de nombreux contrats de sponsoring et autres ventes décuplées de maillots. Et que l’absence de la Pulga, qui ne compte que trois apparitions depuis le début de la saison, n’a pas eu d’incidence sur le début de saison des Parisiens.

Mais, Giorgio Chiellini, qui raillait le PSG Playstation dans un entretien à L'Equipe, l'a aussi dit: "S'ils arrivent à mettre les intérêts de l'équipe devant les intérêts individuels, ils seront imbattables." Le Guardian en convient, en dépit des doutes qui subistent, "le PSG a la capacité de changer ce récit en un instant".

QM