RMC Sport

PSG - Thiago Silva : "Areola est le prochain gardien de la France"

Au terme du succès du PSG au Ludogorets Razgrad (1-3) à l’occasion de la 2e journée de Ligue des champions, Thiago Silva s’est fendu de jolis compliments à l’adresse d’Alphonse Areola et n’a pas esquivé les questions sur le début de saison parfois décevant des Parisiens.

Auteur d’une prestation solide sur la pelouse de Sofia face au Ludogorets Razgrad (1-3) à l’occasion de la 2e journée de Ligue des champions, Thiago Silva s’est montré tout aussi efficace face aux micros. Au terme de la rencontre, le capitaine du PSG n’a d’abord pas cherché à esquiver les difficultés parisiennes du moment. « C’était une soirée particulière, difficile parce que nous sommes arrivés ici après une défaite contre Toulouse (2-0), reconnaît-il. Et au début de match, on prend un but. Mais avec l’expérience, il était important de garder le ballon et de jouer notre jeu. Petit à petit, nous avons réussi à contrôler le match. »

A lire aussi >> Ludogorets-PSG : les notes des Parisiens

Thiago Silva comprend les doutes autour du PSG

Une mainmise facilitée par la sûreté d’Alphonse Areola, auteur d’un arrêt important sur penalty alors que Paris venait de reprendre l’avantage. Lancé sur ce thème, Thiago Silva a tenu un discours dithyrambique à l’égard de son portier. « C’est un jeune gardien qui a beaucoup progressé depuis qu’il est parti du PSG, constate le Brésilien. Il a joué à Bastia et Villarreal. Il est revenu avec beaucoup d’expérience même s’il est jeune. Il donne beaucoup de confiance aux joueurs. Il est très bon avec le pied et les mains. J’espère qu’il peut continuer comme ça car c’est le prochain gardien de la sélection française. »

A lire aussi >> Ludogorets-PSG : quand le mur de Paris offre un but à Razgrad

Thiago Silva est lui le capitaine du PSG et c’est un guide qui se veut rassurant. Interrogé sur les prestations parisiennes en ce début de saison, l’ancien joueur de l’AC Milan a rappelé les leçons d’un passé récent à Paris. « Les doutes (autour du PSG), c’est normal quand tu commences avec un début de championnat comme ça. Avec le changement de coach, de staff technique, c’est normal. Même avec Ancelotti et Blanc, quand ils sont arrivés, c’était comme ça. Mais petit à petit, on va revenir. La chose la plus importante, c’est qu’il n’y a pas de doute entre nous. » La belle réaction parisienne à Razgrad ne dit pas autre chose.

Mathieu Idiart