RMC Sport

PSG: une banderole de supporters "Ecrasez Munich" devant un symbole de la Résistance

Un groupe d’ultras du PSG a jugé bon d’utiliser le Mont Valérien et son Mémorial de la France combattante pour déclencher les hostilités avec le Bayern Munich, que le Parisiens affrontent ce mercredi en Ligue des champions, et ne comprend pas les réactions outrées que cela a pu susciter.

Un site pour se souvenir des atrocités de la guerre, voilà ce qu’est le Mont Valérien. Et un groupe de supporters parisiens a estimé que l’utiliser à des fins de soutien au Paris Saint-Germain, qui s’apprête à défier un club allemand, le Bayern Munich (mercredi, en quart de finale de la Ligue des champions), était l’idée la plus judicieuse qui soit... Accompagné du message "Ecrasez Munich", en plus, devant le Mémorial de la France combattante et sa croix de Lorraine. Le Mont Valérien, un site emblématique de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance, où plus de 1.000 hommes ont été fusillés. Et ils assument, malgré le tollé provoqué par leur publication.

La banderole visant Shakira, c'était déjà eux

"Nous avons utilisé ce symbole de la résistance parce que dans un premier temps, nous en sommes fiers. Il représente beaucoup à nos yeux et essayer de retourner ça pour nous descendre est bien triste. Mais cela ne nous étonne pas", a réagi le groupe Paname Rebirth dans un communiqué, avant d’aller plus loin dans une explication qui peine pourtant à convaincre.

"Accompagné de notre message, nous invitons nos joueurs à résister contre le Bayern, le club qui nous a privé de Ligue des champions la saison dernière (Le Bayern s’est imposé 1-0 face au PSG en finale de l’édition précédente). Ni plus, ni moins. Sachez une chose nous l’assumons pleinement", concluent-ils. Sans exprimer le moindre regret, donc.

Le groupe d'ultras Paname Rebirth s’était déjà tristement illustré en mars dernier, à l’occasion du huitième de finale retour contre le FC Barcelone (1-1), avec une banderole sexiste qui visait la chanteuse Shakira, compagne de Gérard Piqué, joueur du club catalan. "Shakira à la Jonquera", pouvait-on lire en référence à la ville catalane connue pour son commerce de prostitution. Alerté, le PSG n’avait pas tardé à condamner. Qu’en sera-t-il cette fois-ci ?

QM