RMC Sport

Riolo : "L’OL n’y arrive pas"

-

- - -

Retour sur la défaite de l’OL contre Valence (0-1) lors de la 2e journée de Ligue des champions.

L’OL décide de rentrer fort dans le match. De mettre du rythme. Ne pas laisser Valence mettre son jeu en place, endormir la rencontre, la ralentir. Le début est intéressant dans l’idée, mais ça ne donne rien. Valence montre donc assez vite que techniquement, c’est supérieur. Lyon doit donc presser et mettre de la vitesse, c’est ce qui gênera cette équipe. Reste que les premières grosses occasions du match sont pour Valence. Le jeu de passes et le déplacement du jeu sur toute la largeur, font mal à Lyon. Au milieu, le losange lyonnais a du mal à rivaliser face au milieu espagnol. Ce n’est pas dans le jeu que l’OL gagnera le match.

Mais l’OL peut répondre autrement, sur coup franc (un très beau de Valbuena est passé tout près), sur corner aussi. En mettant un bon pressing, il y a moyen de perturber le jeu huilé des espagnols. Encore faut-il pouvoir le faire souvent et régulièrement. Dans cette première période, l’OL existe surtout sur phases arrêtées, mais dans le jeu et au nombre d’occasions, Valence est bien au-dessus. Au physique, au mental, à la « baston », il n’y a que comme ça que Lyon peut s’en sortir. Mais à tout moment, on sent cette équipe de Valence capable de passer, de punir ce faible OL. Une punition qui arrive en fin de première période. Coup franc joué vite, intelligence de jeu, finition sublime de Feghouli. Tout cela est finalement logique. En fin de la première période, l’OL met le feu et rate deux grosses occasions. C’est trop à ce niveau. Ça montre néanmoins que même mangé dans le jeu, il y a moyen de trouver d’autres solutions…

Les intentions de l’OL restent bonnes en seconde période. Beaucoup de rythme, d’agressivité et des occasions. Le constat du manque d’efficacité est évident. Notons que l’entrée de Ferri est positive. Il a beau être limité, il met beaucoup de cœur, de rage dans son jeu. L’OL est monté d’un cran et prend plus le risque du déséquilibre. Valence joue le contre et ça semble lui convenir. Désormais l’OL domine. Le problème, c’est que passé le coup de feu du début de seconde période, ça ronronne. Même la sortie d’Abdennour, qui avait été très bon, ne semble pas affecter Valence. Les Espagnols tiennent ce court avantage et s’en contente.

L’OL manque de tranchant devant. Le trio Valbuena-Lacazette-Kalulu est plein de bonne volonté, mais ça ne combine pas très bien. L’entente technique, l’animation offensive, laissent à désirer. Encore une fois, le meilleur sur le terrain, c’est Jallet ! Plus ça va, plus le feu lyonnais s’éteint. Pourtant Valence n’a fait que défendre dans cette seconde période. On se dirige vers le refrain des regrets. Les dernières flammes ne changent rien. C’est même la première fois que dans le foot on voit un excellent Domenech ! Avec un seul point en deux matches, l’OL doit maintenant clairement penser avant tout à la troisième place dans cette poule !

Daniel Riolo Journaliste