RMC Sport

Riolo : "Le PSG s’en sort plutôt bien"

-

- - -

Retour sur le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions. Le PSG affrontera Manchester City.

Ça pouvait être pire, ou mieux. Le vrai tirage moyen. Favori ou pas, je laisse ça aux bookmakers. Mais c’est clairement un tirage qui donne à penser que ça peut, que ça doit… passer. Ne pas sortir Manchester City serait probablement décevant. Peu importe que cette équipe, comme le PSG, souhaite exister encore plus au niveau international, et peu importe aussi qu’elle ait dépensé beaucoup dans la dernière décennie pour aller loin dans cette compétition. Avoir évité le Barça et le Bayern, c’est parfait. Ne pas tomber sur Atletico et Real, c’est bien aussi, alors comment ne pas être satisfait ? Il ne s’agit pas d’être présomptueux, mais juste lucide. Envisager les demies de cette compétition pour la 2e fois dans l’histoire du club ne relève pas de la folie, loin de là !

Dans ce « Golfico », dans la construction de ces nouveaux riches, le PSG a déjà fait mieux que son prochain adversaire. Avec ses quatre quarts de suite en Ligue des champions, Paris a un peu d’avance.

Sur ces dernières années, la politique sportive du PSG m’apparaît plus claire. Le PSG a voulu dominer la France et grandir en Europe. C’est fait. Soumis à une concurrence bien plus rude en Angleterre, Man City est, chaque année, un prétendant au titre (2012, 2014), mais peine à exister en LDC. Certes, les tirages au sort n’ont quasiment jamais été favorables, mais c’est comme si à force de vouloir exister en PL, City avait parfois mis l’Europe de côté. Cette année, l’Europe est pourtant devenue un objectif de cette fin de saison. Hors course pour le titre, assuré de revenir en LDC l’an prochain, City peut ne penser qu’au PSG. Ça tombe bien, Paris ne pense également qu’à City !

Si on compare les effectifs, on constate que si City a des joueurs offensifs de grande qualité. C’est plus flou derrière. Même les milieux défensifs ne font pas partie du gratin européen. Il y a aussi beaucoup de « si » quand on parle de City. Si Aguero est là et pas blessé, si Yaya Touré est en forme, si la défense centrale n’est pas bancale, alors cette équipe a largement les moyens de faire du mal au PSG. Reste qu’il n’y a pas beaucoup de joueurs de City que je vois titulaire au PSG. Aguero et Yaya Touré, c’est peu.

Sinon, pour les rabats joie aux idées courtes qui vont résumer ce match à un affrontement d’origine de l’oseille, et qui vont évoquer l’histoire, ou le manque d’histoire de ces deux clubs, je précise que Man City et le PSG, ça n’a rien à voir. City a toujours été un nain en Angleterre, une équipe dans l’ombre de l’ogre d’en face, Man Utd. City n’a jamais fait partie de l’historique Big 5 et a juste eu une belle période entre 1968 et 1970 (une C2, un championnat et une Cup au milieu d’un palmarès fort de 15 trophées).

En haut niveau depuis 1974, le PSG est vite devenu un club phare de son pays où il est déjà le club le plus titré. Le rapprochement, qui est souvent fait entre les deux clubs, uniquement en raison de l’origine géographique de ses dirigeants, est inutile et surtout absurde.

Le reste du tirage laisse présager de la suite. Barça, Real, Bayern peuvent sortir pour le dernier carré. Si le PSG rejoint ces monstres, on pourra dire que Paris est exactement là où il a envie d’être.

Daniel Riolo