RMC Sport

Super League: l’UEFA ouvre une enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve

L'UEFA a annoncé ce mercredi l'ouverture d'une enquête disciplinaire officielle sur le Real Madrid, le Barça et la Juventus Turin après la tentative de création de la Super League. Ces trois clubs sont les seuls à ne pas avoir annoncé leur retrait officiel du projet.

L'UEFA a engagé mercredi des poursuites disciplinaires contre le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus Turin, les derniers des douze promoteurs de la Super League à refuser de renier ce projet de tournoi privé.

Mettant à exécution les menaces formulées vendredi contre les trois mutins, l'instance européenne a nommé des "inspecteurs éthiques et disciplinaires" chargés de mener cette enquête, "en relation avec le projet d'une soi-disant 'Super League+'", a-t-elle annoncé dans un communiqué.

L'enquête visant le Real, le Barça et la Juve pourrrait durer un mois annonce Tariq Panja du New York Times. Les trois clubs qui n'ont pas renoncé officiellement à la Super League risquent une suspension jusqu'à deux ans de Ligue des champions.

"De plus amples informations sur ce dossier seront communiquées en temps utile", ajoute l'UEFA, sans préciser quelle "potentielle violation du cadre légal de l'UEFA" est reprochée aux trois clubs. Parmi l'éventail de sanctions disciplinaires prévues par les statuts de l'organisation, les plus lourdes pour les clubs sont donc "l'exclusion de compétitions en cours et/ou de compétitions futures" et, pour les dirigeants, "l'interdiction de toute activité relative au football".

En annonçant dans la nuit du 18 au 19 avril leur propre Super League privée, à la veille d'une réforme très attendue de la Ligue des champions, ses douze promoteurs ont chamboulé le football européen et menacé l'existence même de l'UEFA. Le retrait progressif des six participants anglais, au bout de 48 heures, a entraîné l'abandon du projet, et neuf des mutins ont finalement accepté vendredi dernier leur réintégration par l'UEFA en contrepartie de sanctions financières modérées, et de la promesse de ne plus recommencer.

Mais le Real Madrid - dont le président Florentino Perez avait pris la tête de la Super League -, le FC Barcelone comme la Juventus Turin ont toujours refusé de déposer les armes, et défiaient encore l'UEFA samedi en dénonçant ses "pressions et menaces incessantes".

Mathieu Idiart avec AFP Journaliste RMC Sport