RMC Sport

Liga: le Real Madrid en colère contre le calendrier

Après la décision arbitrale polémique face au FC Séville dimanche (2-2), le Real Madrid peste contre la programmation de ses derniers matchs de la saison à des jours et horaires qui réduiront le temps de récupération.

Le Real Madrid aborde la dernière ligne droite de la course au titre en colère. Selon Marca, les Merengue ne comprennent pas la programmation de leurs deux prochains matchs. Le Real se déplacera à Grenade jeudi à 22h avant de se rendre en direction de Bilbao pour y défier l’Athletic Bilbao à 18h30. Soit 66 heures entre les deux rencontres et un temps de repos considérablement réduit.

Autre écueil: l’aéroport de Grenade sera fermé dimanche après leur rencontre en Andalousie, précise la Cadena Cope. Zinédine Zidane et ses hommes devront donc emprunter un bus pour se rendre par la route vers Séville ou Malaga afin de prendre un vol retour qui les fera atterrir dans la capitale espagnole vers 3h ou 4h du matin. Une arrivée tardive qui rognera la préparation du match au Pays basque.

Selon Marca, une séance pourra à peine être programmée avant de s’envoler pour Bilbao la veille ou le jour-même du match. La grogne monte encore un peu plus en comparaison des calendriers de leurs deux rivaux directs dans la course au titre.

Plus de temps pour le Barça et l'Atlético

Le Barça, 3e à deux points de l’Atlético, se déplace à Levante ce mardi soir (22h) et bénéficiera donc de cinq jours de repos avant la réception de Celta Vigo, dimanche (18h30) lors de la 37e journée où toutes les rencontres débuteront à la même heure. L’Atlético, leader avec deux longueurs d’avance sur le Real et le Barça, jouera mercredi face à la Real Sociedad (22h) avant de recevoir Osasuna, dimanche (18h30).

Le Real s’était déjà plaint du calendrier concocté par les instances la saison dernière dans le sprint final. La colère s’ajoute à celle née de la décision arbitrale polémique lors de leur match nul face au FC Séville (2-2), dimanche. A 1-1, l’arbitre de la rencontre avait accordé un penalty à Karim Benzema avant de l’annuler et d’en accorder un aux Sévillans pour une main de Militao sur l’action précédente.

NC