RMC Sport

Super League: le Real, le Barça et la Juve en remettent une couche en maintenant le projet

Le Barça, le Real et la Juve, les trois derniers frondeurs qui défendent le projet de Super League européenne, publient ce vendredi un communiqué commun dans lequel ils se réjouissent du jugement de la Cour de Madrid qui leur est favorable. L'occasion de tacler l'UEFA et de maintenir le projet.

On ne compte plus les épisodes dans le feuilleton Super League, et celui-ci n'est pas encore terminé. Ce vendredi, le Real Madrid, le Barça et la Juve, les trois derniers clubs fondateurs engagés dans le projet, ont publié un communiqué commun. Le but? Mettre en avant la décision de la Cour de Madrid et s'en réjouir. Le Tribunal madrilène considère comme nulle la décision de l'UEFA de sanctionner les frondeurs et met fin à la procédure disciplinaire.

Nouvelle étape devant la Cour de justice de l'Union européenne

"La Cour soutient la requête des promoteurs de la Super League européenne, annule l'appel de l'UEFA et adresse un avertissement à l'UEFA en rappelant que le non-respect de sa décision entraînera des amendes et une possible responsabilité pénale", peut-on lire dans le communiqué des trois clubs. L'affaire doit désormais passer devant la Cour de justice de l'Union européenne au Luxembourg.

"L'UEFA a revendiqué le rôle de régulateur exclusif, d'opérateur et de propriétaire et gestionnaire unique des compétitions européennes de football. Cette position de monopole, de conflit d'intérêts, porte gravement atteinte au football et à son équilibre compétitif", jugent les frondeurs.

Le Real, le Barça et la Juve, qui sont les derniers des 12 clubs initialement engagés à ne pas s'être retirés du projet, se réjouissent de "ne plus être soumis désormais aux menaces permanentes de l'UEFA". A tel point qu'ils maintiennent le projet de Super League: "Notre objectif est de continuer à développer le projet de Super League d'une manière constructive et collaborative, toujours en s'appuyant sur les parties prenantes du football, à savoir les fans, les joueurs, les entraîneurs, les clubs, les ligues et les fédérations nationales et internationales." En ajoutant qu'il faudra revoir la copie "dans le dialogue". Un dialogue qui s'avère pour l'instant judiciaire.

https://twitter.com/apobouchery Apolline Bouchery Journaliste RMC Sport