RMC Sport

Super League: la justice madrilène rappelle à l'ordre l'UEFA pour ses sanctions contre les frondeurs

Un juge du tribunal de commerce de Madrid, qui s'était déjà prononcé sur le dossier en avril, ordonne à l'UEFA de lever les sanctions prises à l'encontre des clubs fondateurs de la Super League.

Le 17e tribunal de commerce de Madrid est décidément l'épine dans le pied de l'UEFA. Celui-ci a encore rappelé à l'ordre l'instance dirigeante du football européen, par rapport aux sanctions prises contre les fondateurs de la Super League. Après avoir déjà interdit en avril que des mesures financières ou disciplinaires soient prises contre les douze clubs, le juge Manuel Ruiz de Lara demande désormais la levée de la "sanction déguisée" infligée aux neuf équipes qui se sont désistées du projet.

"Les sanctions imposées à certains clubs fondateurs de la Super League, sous un simple euphémisme constitué par le terme accord (...) représentent une violation manifeste" de la décision de justice d'avril, selon l'ordonnance dévoilée ce jeudi par l'AFP.

Les sanctions principalement financières de l'UEFA contre les neuf clubs avaient été annoncées le 7 mai. Tottenham, Arsenal, Manchester City, Manchester United, Chelsea, Liverpool, l'Atlético de Madrid, l'Inter Milan et l'AC Milan, qui ont publiquement annoncé leur départ de la Super League, avaient reconnu leur "erreur" auprès de l'instance afin de pouvoir bénéficier de cette série de "mesures de réintégration".

"Mépris flagrant"

Parmi ces mesures figuraient le renoncement à 5% de leurs recettes de compétitions de l'UEFA pendant une saison, un don "global" de 15 millions d'euros aux "communautés locales" du football européen ou une amende de 100 millions d'euros s'ils cherchent un jour à disputer une compétition "non autorisée".

Le juge, le même qui a saisi la Cour de justice européenne, demande en outre que ces sanctions soient "sans effet immédiat". Il réclame aussi que l'instance européenne "s'abstienne de prendre toute autre mesure similaire à l'avenir".

Le magistrat a également exhorté l'UEFA à annuler les procédures disciplinaires contre le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus Turin, qui ont été pour l'instant suspendues par l'instance européenne, estimant qu'il s'agissait d'un "mépris flagrant" de sa propre décision d'avril dernier interdisant les sanctions.

Contactée par l'AFP, l'UEFA n'a pas fait de commentaire. Début juin, son président Aleksander Ceferin a cependant fait savoir que la procédure disciplinaire contre ces trois clubs n'était pas abandonnée: "Le processus reprendra, c'est certain".

Julien Absalon avec AFP