RMC Sport

Super League: Pirlo ne craint pas de sanction pour la Juventus

Alors que la Super League a sérieusement pris du plomb dans l'aile, Andrea Pirlo ne s'attend pas à voir la Juventus être sanctionnée pour sa participation au projet, même avec son président, Andrea Agnelli, en tête de ligne.

Il est serein. L'entraîneur de la Juventus Andrea Pirlo a assuré ce samedi ne pas craindre de sanction à l'encontre du club turinois après sa participation au projet avorté de Super League, dont son président Andrea Agnelli était l'un des principaux initiateurs.

Présent en conférence de presse à la veille du déplacement des Bianconeri à la Fiorentina pour la 33e journée de Serie A, l'ancien milieu de terrain était plutôt confiant au moment de parler des éventuelles répercussions de ce projet de Super League.

"Nous n'avons pas peur de cela, nous sommes calmes et concentrés sur notre travail, a-t-il confié. Nous sommes convaincus que nous pouvons atteindre nos objectifs de la saison, nous sommes sereins quant aux décisions de l'UEFA."

Annoncé en tout début de semaine, le projet de Super League a généré de nombreux remous partout en Europe, et notamment en Angleterre où les supporters ont manifesté tout au long de la semaine.

Aucune sanction confirmée pour le moment

Le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, avait menacé d'exclusion de plusieurs compétitions majeures les douze clubs impliqués dans le projet, les invitant à se retirer du projet pendant qu'il était encore temps. Finalement, la tenue des demi-finales de Ligue des champions n'est pas remise en cause et les rencontres auront bien lieu. Mais le monde du football s'attend maintenant à de possibles sanctions pour les douze clubs dissidents.

Défendue contre vents et marées par les présidents du Real Madrid et de la Juventus, Florentino Perez et Andrea Agnelli, la Super League n'a pour le moment mené à aucune sanction officielle. "C'est normal qu'on parle beaucoup de lui en ce moment" mais "je l'ai trouvé calme", a affirmé Pirlo au sujet de son président.

Luca Demange avec AFP