RMC Sport

Mondial 2022 : un rapport accablant sur les conditions de travail

-

- - -

Un rapport d’Amnesty International publié ce jeudi dénonce de graves abus concernant les conditions de travail des ouvriers étrangers du Mondial 2022 au Qatar.

Le rapport d’Amnesty International est accablant. Dénonçant des abus flagrants à l’encontre des travailleurs étrangers sur le chantier du Khalifa International Stadium, qui accueillera les championnats du monde d’athlétisme en 2019, ainsi que la Coupe du monde 2022 de foot, à Doha (Qatar). L’organisation de défense des Droits de l’Homme a déclaré avoir enquêté sur une période d'un an jusqu'à février 2016 et avoir interrogé 234 hommes, principalement du Bangladesh, d'Inde et du Népal.

Deux cent vingt-huit d’entre eux ont affirmé que leurs salaires étaient inférieurs à ce qu'on leur avait promis. Les entreprises qui les emploient leur ont menti sur leurs salaires, d'autres n'ont pas été payés pendant des mois et ont été logés dans des camps sordides, indique le rapport. Nombre d'entre eux n'ont eu d'autre choix que d'accepter car ils s'étaient endettés pour entrer dans le Golfe. Sept travailleurs ont même été empêchés de rentrer chez eux pour aider leurs familles après le séisme meurtrier d'avril 2015 au Népal. « C'est une Coupe du monde basée sur l'exploitation », dénonce Mustafa Qadri, qui travaille pour l’ONG.

La Fifa consciente de son rôle

De son côté, via un communiqué, le Comité suprême du Qatar chargé de superviser l'organisation du Mondial 2022 a dénoncé le rapport d'Amnesty, dont les « affirmations projettent une image trompeuse ». Le gouvernement du Qatar s'est dit lui « inquiet quant à un certain nombre d'allégations contenues dans le rapport ». De son côté, la Fifa a réagi en se disant « complètement consciente des risques auxquels font face les ouvriers du bâtiment au Qatar et de l'opportunité qu'a la Fifa, avec d'autres responsables, d'améliorer les conditions de travail dans ce pays ».

la rédaction avec l'AFP