RMC Sport

Oui à l'analyse mais non aux débats stériles... les confessions de Thierry Henry sur son rôle de consultant

Dans un entretien partagé ce mardi sur la page Twitter de Prime Video, Thierry Henry évoque avec l'ancien gardien, Ben Foster, son rôle de consultant à la télévision. Un rôle pas facile à gérer, entre critiques envers d'anciens partenaires, débats parfois stériles et nécessité d'apporter un décryptage aux téléspectateurs.

Au centre des attentions depuis le départ de Roberto Martinez du poste de sélectionneur de la sélection belge, son adjoint, Thierry Henry, demeure - pour l'instant - consultant. La légende des Gunners, qui a sans nul doute apprécié le but tardif du numéro 14 d'Arsenal, Eddie Nketiah, dimanche face à Manchester United (3-2), se prépare à reprendre du service sur Prime Video lors de la prochaine journée de Ligue 1, qui démarre vendredi par un match entre Lorient et Rennes (21 heures).

"Je voudrais pouvoir parler des joueurs de façon positive mais je dois analyser leur jeu"

Ce mardi, la plateforme a partagé sur Twitter un court extrait d'un entretien entre l'ex-meilleur buteur des Bleus et l'ancien gardien de but Ben Foster, tout juste retiré des terrains. Dans cette interview diffusée dans son intégralité sur YouTube le 22 décembre dernier, Thierry Henry revient notamment sur la difficulté de gérer son rôle de consultant TV en tant qu'ancien joueur.

Interrogé sur les critiques à l'égard des acteurs du jeu, "Titi" reconnaît que ce n'est pas une tâche facile. "Tu dois trouver le bon équilibre, ce n'était pas facile au début. Surtout si tu parles de joueurs avec qui tu as déjà joué. Mais comme je le dis, il faut appeler un chat un chat. Je voudrais pouvoir parler des joueurs de façon positive mais je dois analyser leur jeu."

"Les débats (...), c'est le genre de conversations que tu peux avoir à tous les comptoirs"

L'ex-attaquant d'Arsenal poursuit en expliquant ne pas aimer "débattre". "Je n'aime pas avoir à le faire. On peut discuter, oui. Quand on se lance dans de grands débats, ce que j'appelle "Pep talk", je m'arrête de suite. C'est le genre de conversation que tu peux avoir à tous les comptoirs. Ce dont j'aime parler, ce sont toutes les choses que les gens ne peuvent pas voir mais que nous avons pu voir en tant qu'ancien joueur. J'ai déjà raté et j'ai fait des erreurs, tu dois être capable d'expliquer aux gens ce qu'ils ne peuvent pas voir ou comprendre. On a joué à un niveau que les gens pensent pouvoir comprendre car ils jouent de temps en temps, mais ce n'est pas du tout la même chose."

Ou quand l'expérience fonde la compréhension puis l'éducation. Une transmission que Henry "aimerait beaucoup" remettre au profit d'une nouvelle équipe "avec un bon projet", confiait-il également dans le même entretien.

CMP