RMC Sport

Platini juge la main de Kimpembe "involontaire" et appelle les joueurs à se rebeller contre le VAR

Dans une interview accordée au JDD, Michel Platini revient sur la lettre qu'il a envoyée à la FIFPro, le syndicat des joueurs, pour protester contre l'assistance vidéo à l'arbitrage. Et estime que la main de Kimpembe sanctionnée cette semaine en C1 confirme ses dires.

Michel Platini en a déjà marre. Marre de ce VAR qui vient perturber les rencontres, et sanctionner d'un penalty chaque main ou chaque contact dans la surface de réparation. Il y a quelques jours, l'ex-patron de l'UEFA avait ainsi adressé une lettre à la FIFPro, le syndicat des joueurs, pour protester contre la disparition progressive de l'interprétation dans l'arbitrage.

Et ce qu'il a vu cette semaine en Ligue des champions n'a fait que renforcer sa conviction. "Ce qui s’est passé mercredi a simplement confirmé mes dires, explique-t-il ce dimanche dans une interview au JDD. En l’occurrence, le joueur parisien (Kimpembe) se retourne et le ballon vient lui taper le bras. C’est involontaire. L’arbitre a fait ce qu’il devait faire en sifflant corner, et puis des gens lui ont dit qu’il devait y regarder de plus près. Or, décréter que tout contact de la main doit être sanctionné d’un penalty, c’est aller contre l’esprit du football, contre le jeu. [...] Quand on fait appel à la vidéo, les quatre mecs dans leur camion se soucient plus de voir s’il y a eu main plutôt que faute de main."

"Il faut que les footballeurs se bougent les fesses"

Et l'ancien meneur des Bleus a de nombreux cas en tête. "Il y a plein d’exemples qui montrent que c’est du bricolage, poursuit-il. Celui de la finale de la Coupe du monde est frappant. Le Croate prend la balle sur la main après un duel de la tête. Il ne le fait pas délibérément, l’action se passe en un millième de seconde. Mais quand, ensuite, on passe un super-ralenti qui dure trente secondes, on a l’impression que la main est volontaire. On est là dans une caricature de l’arbitrage vidéo. Je l’avais dit à l’époque, mais tout le monde s’en foutait puisque la France était championne du monde."

Aussi, Platini aimerait désormais que les joueurs montent au créneau pour défendre le jeu, et protéger un football qui pourrait être, selon lui, en danger. "C’est pour ça que j’ai envoyé cette lettre (au syndicat des joueurs). Pour que les footballeurs se bougent les fesses et disent, via leur syndicat: 'Ça suffit, nous aussi on doit participer à l’élaboration des lois du football.' Ce ne doit plus seulement être décidé par des anciens arbitres ou des mecs sortants d’on ne sait où."

CC