RMC Sport

Premier League, Ligue 1, Liga... où les salaires des joueurs sont-ils les plus élevés?

Alors que Sporting Intelligence a dévoilé cette semaineles salaires moyens distribués dans le Big Five, le site est allé plus loin en détaillant les moyennes en fonction de l’âge et du poste des joueurs. Alors où gagne-t-on le plus selon que l’on soit défenseur, milieu ou attaquant?

Ce n’est un secret pour personne, la Premier League, avec ses droits TV colossaux, domine allègrement les classements économiques. Elle regroupe les clubs les plus riches, les contrats de sponsoring les plus élevés, les recettes de billetteries les plus fortes et, selon Sporting Intelligence, les salaires les plus hauts.

En Angleterre, le salaire moyen annuel est de 3,58 millions d’euros par an, contre 2,29 millions en Liga, 2,23 millions en Serie A, 1,78 million en Bundesliga et 1,17 million en Ligue 1.

Qui paie le mieux selon le poste?

Mais la où la chose est plus intéressante, c’est selon le poste et l’âge des joueurs étudiés. Bien évidemment, ces éléments sont déterminants sur la valeur du contrat: un attaquant expérimenté sera toujours mieux payé qu’un jeune gardien. Mais quel pays leur propose la meilleur rémunération? 

En fonction des postes, c’est la Premier League qui verse le meilleur salaire. Sans prendre en considération l’âge, les gardiens évoluant en Angleterre perçoivent 2,82 millions d’euros par an en moyenne, contre 1,77 million en Espagne, 1,35 million en Italie, 1,25 million en Allemagne et 980 000 euros en France.

Si ce n'est pas l'Angleterre, un défenseur préférera l'Italie, un milieu l'Allemagne

Quant aux défenseurs, c’est encore outre-Manche qu’on paie le mieux, avec un salaire moyen annuel de 3,22 millions d’euros. En face, c’est 1,80 million en Italie, devant l’Espagne avec 1,73 million d’euros en moyenne, puis 1,68 million en Bundesliga et 1,04 million en Ligue 1. Autrement dit, si vous êtes défenseur et que vous ne jouez pas en Angleterre, mieux vaut évoluer en Italie.

Par contre pour les milieux, si ce n’est pas l’Angleterre à 4,16 millions d’euros par an en moyenne, c’est l’Espagne qui rémunère le mieux, à 2,42 millions, contre 2,05 millions en Allemagne, 2,04 en Italie et, toujours dernier, 1,04 million en France. Le milieu, si ce n’est pas l’Angleterre ou l’Espagne, privilégiera donc le championnat allemand. Et en France, il sera aussi bien traité qu’un défenseur.

Enfin - l’attaquant, poste phare au sein des effectifs - touche 4,5 millions d’euros par an en moyenne en Premier League, contre 3,62 millions en Liga, 3,07 millions en Serie A, 2,15 millions en Bundesliga et 1,83 million en Ligue 1.

Et en fonction de l'âge?

Passons maintenant à l’analyse en fonction des âges. Les moins de 23 ans touchent plus en Premier League, avec un salaire moyen de 2,49 millions d’euros, contre 1,34 million en Liga, 1,17 million en Serie A, 1,04 million en Bundesliga et enfin 580 000 euros en Ligue 1.

On pourrait affiner l’analyse en regardant par poste, et constater que l’Italie paie cher les gardiens, avec 1,24 million d’euros, devant (pour une fois) la Premier League, à 988 000 euros. Mais cela s’explique par un effet de structure. Il y a peu de joueurs dans l’échantillon et un seul altère le résultat. En Serie A, on pense surtout à Gianluigi Donnarumma au Milan, 20 ans et payé 6 millions d’euros par an.

Quant aux joueurs âgés entre 23 et 29 ans, comme d’habitude, c'est l’Angleterre qui paie le mieux, à 4,11 millions d’euros en moyenne. Puis 2,23 millions en Espagne, 2,12 millions en Italie, 2,07 millions en Allemagne et 1,4 million en France.

Enfin, les "seniors" - les plus de 30 ans - gagnent toujours mieux en Premier League, avec 3,83 millions d’euros par an en moyenne, contre 3,46 millions en Espagne, 3,01 millions en Italie, 2,49 millions en Allemagne et 2,04 millions en France.

L’Angleterre est véritablement dans une autre dimension et présente, sauf cas particulier, quel que soit l’âge, quel que soit le poste, les meilleurs salaires moyens. En face, la France a du mal à suivre la cadence avec les rémunérations moyennes les plus faibles du Big Five, que les joueurs soient jeunes ou plus âgés, défenseur, milieu ou attaquant.

Pierre Rondeau