RMC Sport

Arsenal: Koscielny "souhaite que Wenger prolonge"

Arsène Wenger et Laurent Koscielny

Arsène Wenger et Laurent Koscielny - AFP

Laurent Koscielny a déclaré sa flamme à Arsène Wenger, ce mercredi dans Team Duga sur RMC. Le capitaine d’Arsenal, qui juge le groupe principal responsable de la mauvaise passe du club, veut voir l’entraîneur de 67 ans prolonger.

Si Arsène Wenger n’est pas épargné par une grande partie des fans d’Arsenal, quatrième de Premier League et balayé par le Bayern (5-1) en huitième de finale aller de la Ligue des champions, Laurent Koscielny reste au soutien du manager des Gunners. Dans un entretien accordé ce mercredi à Team Duga sur RMC, le capitaine du club londonien assure que le groupe est toujours derrière le technicien français de 67 ans.

A lire aussi >> Robben régale, Koscielny se blesse, maudits Gunners… le débrief de Bayern-Arsenal

« Le groupe est toujours réceptif »

« Je pense que le groupe est toujours réceptif au message d’Arsène Wenger, assure Koscielny. Le coach est là pour préparer les joueurs physiquement, tactiquement et mettre une organisation sur le terrain, après c’est aux joueurs de faire ce qu’il faut sur le terrain pour remporter les matches. »

« Il m’a fait grandir en tant que joueur et en tant qu'homme »

Débarqué de Lorient en 2010 à l'âge de 24 ans, le défenseur espère d’ailleurs voir l’ancien coach de Monaco, arrivé en 1996 et sous contrat jusqu’en juin, rester aux commandes ces prochaines années : « Je souhaiterais qu’il prolonge. Ça fait sept ans que je suis sous ses ordres, c’est quelqu’un que je respecte énormément. C’est lui qui m’a donné cette chance de venir ici. Il m’a fait grandir en tant que joueur et en tant qu’homme. Je lui dois beaucoup pour ma carrière. »

« C’est un problème de mental »

Pour Koscielny, les joueurs sont les premiers responsables de la mauvaise passe d’Arsenal, battu lors de deux de ses trois derniers matchs de championnat et très mal engagé sur la scène européenne : « On a des résultats en dents de scie. C’est un problème de mental. On a les qualités techniques et physiques. Il faut faire les efforts sur un match entier. Contre les grosses écuries, il faut plus que du talent. Il faut plus d’engagement, aider son partenaire à défendre. Il faut trouver d’autres ressources. Sur certains matchs, il nous a manqué de la niaque, de l’envie dans les duels. On est dans une situation compliquée, il faut rester soudés. Il faut qu’on ait la haine de perdre. »

A lire aussi >> FA Cup: ça passe pour Arsenal, encore épargné au tour suivant

Jérémy Bilinski