RMC Sport

Premier League: le patron du VAR répond aux critiques

L'arbitrage-vidéo vit sa première saison en Premier League, avec plusieurs utilisations contestées. Neil Swarbrick, ancien arbitre en charge de superviser son application, a répondu aux critiques.

L'arbitrage-vidéo est là pour durer en Premier League. Neil Swarbrick, ancien arbitre désormais en charge du VAR (Video Assistant Referee), l'a assuré à Sky après plusieurs vagues de critiques depuis sa mise en place cette année. Et il a été clair, il faudra "vivre avec, grandir avec".

"Seulement six buts ont été annulés"

"Dans trois, quatre ou cinq ans, les gens regarderont en arrière et ne se souviendront plus de comment était le football sans le VAR, assure-t-il. C'est le plus grand changement dans l'arbitrage depuis le début de la Premier League." Swarbrick répond aux critiques sur l'émotion gâchée des buteurs, qui risquent de ne plus oser célébrer avant que l'arbitrage-vidéo confirme leur but. "Sur les 208 buts marqués en 70 matches, seulement six ont été annulés, explique-t-il. C'est un tout petit pourcentage. Alors nous leur disons juste de célébrer." 

Une technologie faillible mais identique pour tous

Une autre critique visant la vidéo concerne les limites technologiques. En effet, les caméras utilisées, celles des télévisions, ne permettent pas une précision absolue. Le taux d'images par seconde varie de 50 (une image toutes les 0,02 secondes) à 25 (une image toutes les 0,04 secondes) selon les matches. Avec la vitesse du football actuel et des jugements au millimètre, ces intervalles de 2 ou 4 centièmes de seconde entre deux images peuvent décider d'un hors-jeu. Swarbrick reconnaît cette faiblesse, mais assure que l'important est que le système soit le même pour tous les clubs. 

HM