RMC Sport

Portugal: accusé de falsification de test Covid-19, Porto dénonce des "fausses informations"

Alors que la presse portugaise faisait état d'une démarche judiciaire enclenchée par la police locale à l'encontre du FC Porto pour avoir possiblement falsifié des tests au Covid-19, le FC Porto a confirmé que des perquisitions avaient eu lieu. Mais dénonce des "fausses informations".

La presse portugaise a lâché une petite bombe ce jeudi en annonçant que la police judiciaire portugaise avait lancé une opération liée à des soupçons de falsification de tests au Covid-19 au sein du club du FC Porto. Dans un communiqué envoyé aux rédactions lusitaniennes, les forces de l'ordre et le parquet indiquent qu'ils procèdent, ce jeudi, à une dizaine de perquisitions à domicile et dans des laboratoires d'analyses cliniques.

Face à l'écho médiatique autour de cette polémique, le FC Porto est sorti du silence ce jeudi en fin d'après-midi. Le club portugais dénonce "l'avalanche de fausses nouvelles" qui ont envahi la toile et confirme tout de même les perquisitions dans ses infrastructures.

"Le FC Porto répudie l'avalanche de fausses nouvelles qui, depuis ce matin, a envahi l'espace médiatique, suivant les spéculations habituelles des médias télévisés qui, au nom de l'audimat, sont utilisés pour produire ce genre d'ordures toxiques. Réglant la poussière matinale, le FC Porto réaffirme que des perquisitions ont eu lieu dans ses installations et dans le Centre de Formation et Entraînement Sportif PortoGaia, dans le cadre d'une enquête qui a pour objet le résultat du test COVID-19 exigé pour le voyage en janvier 2021 d'un joueur de son équipe principale."

L'enquête pourrait concerner Shōya Nakajima

D'après les indiscrétions rapportées, les autorités locales soupçonnaient le FC Porto d'avoir falsifié des tests au Covid-19 lors du mois de janvier dernier, soulignant que cette enquête pourrait concerner Shōya Nakajima, prêté au club émirati d'Al-Ain à cette période. Le Japonais pourrait avoir falsifié un test, alors qu'il était prétendument infecté par le virus, afin de voyager à l'étranger. Une information que la police ne confirmait pas pour autant.

Dans son communiqué, Porto confirme que cette enquête lancée par la police judiciaire portugaise concerne un résultat d'un test Covid présenté en janvier par l'un des joueurs de son effectif. Néanmoins, l'identité du joueur n'a pas filtré. Les autorités cherchent à déterminer si des faits de propagation de maladie et de falsification d'analyse médicale ont été commis, un délit passible d'un à huit ans de prison.

Luca Demange