RMC Sport

Coronavirus: pour Pirlo, Ronaldo "fait ce qu'il veut" hors des terrains

Cristiano Ronaldo et Andrea Pirlo, à Turin le 24 janvier 2021

Cristiano Ronaldo et Andrea Pirlo, à Turin le 24 janvier 2021 - IPP / Icon Sport

Cristiano Ronaldo, qui a violé les restrictions anti-Covid pour aller à la montagne, peut faire ce qu'il veut dans sa vie privée, a estimé ce vendredi son entraîneur Andrea Pirlo. L'attaquant portugais s'était rendu dans la semaine dans une station de ski, pour l'anniversaire de sa compagne.

Que Cristiano Ronaldo enfreigne les restrictions sanitaires ne pose manifestement pas plus de problème que ça à son entraîneur. Épinglé pour s'être rendu dans une station de ski, alors qu'il n'avait pas le droit de quitter la ville de Turin, l'attaquant de la Juventus a pu compter sur la mansuétude d'Andrea Pirlo. "Ronaldo était en congé, il fait ce qu'il veut dans sa vie privée. (...) Hors du terrain, ce sont des citoyens libres et chacun doit prendre ses responsabilités", a déclaré le technicien italien.

Selon les médias italiens, Cristiano Ronaldo a enfreint les restrictions sur les déplacements en se rendant à la station de ski de Courmayeur, à 150 kilomètres au nord-ouest du quartier général de la Juventus, pour l'anniversaire de sa petite amie Georgina Rodriguez. Désormais âgée de 27 ans, cette dernière a diffusé sur Instagram une vidéo sur une motoneige. Elle l'a ensuite retirée, mais cela n'a pas empêché les sites d'information italiens de la repérer.

La deuxième polémique "Covid" pour Ronaldo

Selon les règles italiennes en vigueur contre le coronavirus, le couple n'aurait pas dû quitter la ville de Turin. Or, ils ont non seulement quitté leur municipalité de résidence, mais également sa région, le Piémont, pour se rendre dans la région voisine du Val d'Aoste où se trouve Courmayeur. Ils risquent chacun une amende de 400 euros. 

Le footballeur de 35 ans avait déjà fait l'objet d'une polémique liée au coronavirus. Il s'était rendu en octobre au Portugal, alors que la Juventus était en isolement après la découverte de deux cas positifs. "CR7" avait ensuite été lui-même testé positif, avant de rentrer en Italie pour passer quelques semaines en isolement chez lui. À l'époque, Vincenzo Spadafora, ministre italien des Sports, avait dénoncé "l'arrogance" et "l'irrespect" de la star.

JA avec AFP