RMC Sport

Juventus-Atalanta: deux penalties de Ronaldo frustrent l'adversaire du PSG

La Juventus a arraché le match nul face à l'Atalanta, ce samedi soir sur sa pelouse dans le cadre de la 32e journée de Serie A. Les deux buts de la Vieille Dame ont été inscrits par Cristiano Ronaldo, en réponse à la domination de l'équipe très joueuse de Bergame.

L'Atalanta peut avoir des regrets. Deux penalties ont privé le club de Bergame d'une victoire sur la pelouse de la Juventus (2-2), ce samedi pour le compte de la 32e journée de Serie A. Le club lombard, adversaire du Paris Saint-Germain en quarts de finale de la Ligue des champions, a mené par deux fois et clairement dominé le leader du championnat, opposant de l'OL en huitièmes de finale retour de la C1.

>> Abonnez-vous aux offres exclusives RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Un début de match atalantesque

L'Atalanta a été mise sur les bons rails grâce à Duvan Zapata, habilement servi par l'habituel passeur décisif Papu Gomez. Le buteur colombien en est à 15 buts en championnat, le passeur argentin à 16 offrandes. Cet avantage est venu récompenser l'excellente entame des visiteurs au collectif bien huilé, qui n'ont pas dérogé à leur style joueur, offensif, infatigable. 

Deux statistiques pour l'illustrer: l'Atalanta possédait 71% de possession après une vingtaine de minutes de jeu (une donnée qui s'est néanmoins équilibrée au fur et à mesure) ; le défenseur central Berat Djimsiti affichait à la mi-temps un positionnement moyen digne d'un milieu gauche à force d'harceler ses adversaires. 

Précieux Dybala

Les Bianconeri étaient à la peine pour enrayer ce rouleau-compresseur. Cela aurait été sans doute une tâche moins ardue si un certain nombre de joueurs avaient affiché un niveau de jeu moins problématique, notamment Federico Bernadeschi. Le trio de l'entrejeu, composé d'Adrien Rabiot, Rodrigo Betancur et Blaise Matuidi, s'est souvent retrouvé en difficulté face à l'intensité adverse.

Seul le talentueux Paulo Dybala semblait être en mesure de créer des actions pour faire des différences. Une superbe inspiration de sa part a d'ailleurs failli permettre à Cristiano Ronaldo d'envoyer une tête dans le filet opposé (43e). Les efforts de l'Argentin ont fini par payer en début de seconde période, avec un centre qui a fini dans le bras de Marten de Roon dans la surface. Sifflé sans hésitation, le penalty a été puissamment transformé par Cristiano Ronaldo (55e).

Une affaire de mains

Pas question pour l'Atalanta de faire le dos rond. Les souffrances se sont poursuivies pour la Vieille Dame, contrainte d'être constamment en alerte pour éviter d'être piégée par des superbes actions en triangle (65e) et l'activité débordante des pistons. Cristiano Ronaldo, esseulé passée la sortie de Paulo Dybala, s'est tout de même offert trois possibilités de renverser le match contre le cours du jeu (71e, 79e, 89e).

L'Atalanta a cru obtenir trois points amplement mérités en reprenant l'avantage à la 80e minute, sur une frappe sèche de son international ukrainien Ruslan Malinovski, sorti du banc. Mais une nouvelle main, de Luis Muriel cette fois, a permis à Cristiano Ronaldo d'endosser une nouvelle fois son costume de sauveur pour inscrire un double sur penalty et permettre à la Juventus de sauver un point fort heureux.

Le scénario de la rencontre rend finalement ce point très précieux pour le leader du championnat, qui porte son avance à huit points sur la Lazio, son poursuivant en perdition. Troisième, l'Atalanta est maintenue à neuf longueurs. 

Julien Absalon