RMC Sport

Serie A : Higuain, héros puis bourreau de Naples

Gonzalo Higuain

Gonzalo Higuain - AFP

Devant au score contre le cours du jeu en première période, puis littéralement étouffé en seconde, la Lazio a finalement réussi à dompter un Napoli en pleine furie, ce dimanche lors de la dernière journée de Serie A (2-4). Cette victoire permet aux Romains de conserver leur 3e place et leur qualification pour les barrages de la C1. Avec pour héros malheureux Gonzalo Higuain, auteur d’un doublé puis d’un penalty raté lourd de conséquences.

Soixante-seizième minute de jeu au stade San Paolo de Naples. Gonzalo Higuain se présente face à Federico Marchetti. L’idole du Napoli, déjà auteur d’un doublé ô combien providentiel car synonyme de match nul (2-2), entend son nom scandé par tout un stade. Debout et pendu à ses pieds. L’idole argentine a le penalty de la Ligue des champions, celui qui propulserait les siens vers les barrages de la C1. Il s’élance et expédie le ballon au-dessus de la cage du portier de la Lazio.

Gonzalo Higuain connait suffisamment bien pour le football pour savoir que ce genre de raté ne peut rester sans conséquence. Pas lors d’une « finale » pour la C1 comme son équipe et celle de la Lazio se disputaient ce dimanche soir en clôture de la saison de Serie A. Pas dans un match émaillé par deux expulsions, celle de Parolo à l’heure de jeu (62e, deuxième carton jaune) côté romain et celle de l’ancien Stéphanois Ghoulam dix minutes plus tard (70e) dans les rangs napolitains. Pas lors d’une rencontre que la Lazio dominait au score contre le cours du jeu à la pause, mais avec un froid réalisme – deux tirs cadrés pour… deux buts – et que l’ancien Madrilène avait totalement renversé au retour des vestiaires.

Onazi crucifie San Paolo

« Pipita » était là pour reprendre un centre de Callejon (55e). Encore là pour transformer en but une offrande de Mertens (64e) et répondre aux buts initiaux de Parolo (33e) et Candreva (45e+1). Mais il était incroyablement absent au moment de donner l’avantage aux siens. Pis, il sera aux premières loges, quelques minutes plus tard, pour voir Onazi profiter d’un tacle raté de Maggio pour transformer sa soirée et celles des autres Napolitains en cauchemar (85e). Le quatrième but de la Lazio, signé Miroslav Klose (90e+2) ? Une pique de plus pour le Napoli, si virevoltant pendant… 85 minutes avant d’évoluer hébété, le regard perdu dans le vide, cherchant quelque part au loin ces barrages de Ligue des champions qui semblaient si près.

Pour la première fois depuis la saison 2003-04, la Lazio va retrouver la C1. Enfin presque. Il y aura ce fameux match de barrages à disputer au cœur du mois d’août. Mais les Romains ont, en défendant avec réussite leur 3e place, séché de belle manière les larmes versées en finale de la Coupe d’Italie perdue face à la Juve. Les larmes justement. Il y en avait presque dans les yeux de Gonzalo Higuain. Un peu certainement dans ceux de Rafael Benitez, qui aurait aimé finir son aventure au Napoli d’une meilleure manière. L’émotion était palpable dimanche soir au San Paolo, avec une dramaturgie poussée à l’extrême. Une ouverture du score manquée (Callejon), un scénario cauchemar puis heureux, puis de nouveau cauchemar pour Naples : il y aura de quoi faire un film, peut-être, de ce choc complètement fou. Pas sûr cependant que ce soit Aurelio de Laurentiis qui s’y colle pour le produire…