RMC Sport

Serie A: la Juve en crise, Pirlo en danger

Battu dimanche par Benevento (0-1), la Juventus s'éloigne du titre en Serie A. Andrea Pirlo pourrait prochainement être remercié. Encore éliminé prématurément de la Ligue des champions, le dossier Cristiano Ronaldo incite aussi à la réfléxion même si la Vieille Dame assure pour l'instant son envie de continuer avec sa superstar portugaise.

Après un règne sans partage pendant 9 saisons en Serie A, la Juventus se trouve en situation défavorable pour la course au titre, à 11 journées du terme du championnat. Battu à domicile par Benevento ce dimanche (0-1), le club de la Vieille Dame traverse une crise sportive qui pourrait être prochainement fatale à Andrea Pirlo.

Le titre semble s'être envolé, d'autant plus avec la forme actuelle de l'Inter Milan, qui affiche 65 points soit 10 unités d'avance sur la Juventus. Provisoirement 3e du championnat italien, la Juve doit surtout regarder derrière car elle pourrait ne pas se qualifier pour la prochaine Ligue des champions, avec Naples actuellement 5e et qui n'a que 2 points de retard.

Nommé l'été dernier en tant qu'entraîneur de la Juventus, Andrea Pirlo vit une première expérience sur le banc compliquée. Prétendant à un sacre en Ligue des champions, le club turinois a été éliminé par le FC Porto dès les huitièmes de finale. Si l'équipe dirigée par Sérgio Conceição a bien des qualités, elle ne s'inscrit pas dans la cour des géants d'Europe comme la Juventus. Alors que l'aventure avec Maurizio Sarri n'a duré qu'une saison, Pirlo devait ramener une forme de stabilité au club tout en étant l'incarnation d'une certaine philosophie de jeu.

Pirlo menacé?

En début de saison, Andrea Pirlo détaillait face à la presse son projet. "Je veux ramener l'enthousiasme qui a peut-être manqué dernièrement. Je veux proposer un style de jeu qui se base sur la maîtrise du match. J'ai déjà dit à l'équipe que je voulais avoir le ballon et le récupérer très vite à sa perte. Je veux recréer l'esprit de la Juventus que nous avions sous les ordres d'Antonio Conte, à l'époque, avait confié Pirlo en conférence de presse. Nous avions une grande équipe, avec de grands principes de jeu. On veut avoir à nouveau une éthique de travail, l'envie de se sacrifier l'un pour l'autre. C'est la seule façon d'arriver à atteindre de grands objectifs."

L'élimination de la Juventus face à Porto a valu de nombreuses critiques des observateurs. Au premier rang duquel Fabio Capello, ancien entraîneur du club entre 2004 et 2006, s'en prenant notamment auprès de Cristiano Ronaldo Un échec qualifié "d'inacceptable", faisant notamment référence au coup franc marqué par Porto lors de la prolongation où le Portugais s'était retourné. Une erreur bête comme le premier but encaissé à l'aller dès la 2e minute sur une grosse faillite défensive.

Selon Tuttosport ce lundi, l'avenir de Pirlo à la tête de la Juventus semble incertain, et une mauvaise prestation dans le derby lors du 3 avril prochain, face au Torino, pourrait précipiter un peu plus la chute de l'ancien milieu de terrain. Pour Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers, il faudra ensuite recevoir Naples, pour une rencontre tout aussi décisive, dans la lutte pour la qualification pour la prochaine Ligue des champions. L'opportunité de gagner un nouveau trophée se présentera le 10 mai prochain, en finale de Coupe d'Italie face à l'Atalanta.

Ces derniers jours, Andrea Pirlo restait confiant quant à son avenir à la tête du club. "Mon avenir? Je ne sais pas si l'élimination de la Ligue des champions avait été fatale à Sarri, le projet qui m'impliquait est plus large et à réaliser sur quelques années, a-t-il lancé. Maintenant, n'ayant plus la Ligue des champions, nous pourrons travailler chaque jour sur de nombreux aspects que nous avons dû négliger et pour moi, ce sera un grand test de pouvoir à nouveau aider."

"Les éliminations des clubs italiens doivent nous faire réfléchir", estime Allegri

A la tête de la Juventus entre 2014 et 2019 où il a conquis à cinq reprises la Serie A et participé à deux finales (perdues) de Ligue des champions, Massimiliano Allegri a été interrogé ce lundi sur un possible retour. "C'est impossible à dire, puis il y a Andrea Pirlo qui va bien à mon avis", a répondu Allegri pour La Gazzetta dello Sport. Mais celui qui n'a pas retrouvé de banc depuis son départ en 2019 a un avis sur les failles de la Juventus au plus haut niveau. "Si dans le championnat italien, les meilleurs sont encore les plus âgés comme Cristiano Ronaldo, Zlatan Ibrahimovic ou Giorgio Chiellini, quelques réflexions doivent être faites. Il faut retrousser toutes nos manches, les éliminations des clubs italiens doivent nous faire réfléchir."

La réfléxion du côté de la Juventus se porte forcément sur la stratégie mise en place ces dernières années. Auréolé d'un cinquième sacre personnel en Ligue des champions, Cristiano Ronaldo était arrivé à Turin à l'été 2018. L'ambition affichée du président Andrea Agnelli était de ramener son club sur le toit de l'Europe, d'où le recrutement de l'attaquant portugais. Un investissement conséquent. Malgré des statistiques toujours impressionnantes pour CR7, avec 23 buts inscrits en 24 matchs de championnat, la Juve a échoué ces trois dernières années dans sa quête européenne. Face à l'Ajax, l'OL et le FC Porto donc, pas forcément les plus gros mastodontes du continent.

L'avenir de Cristiano Ronaldo, qui dispose du plus gros salaire du club, se pose forcément. Fabio Paratici, directeur sportif de la Juventus Turin, s'est exprimé ce dimanche à ce sujet au micro de Sky Sports. "Notre ligne reste la même, nous avons le meilleur joueur du monde et nous voulons continuer avec lui", a assuré Paratici, alors que les rumeurs de départ se font de plus en plus pressante pour Cristiano Ronaldo, à un an du terme de son contrat.

La question se pose aussi pour Paulo Dybala, dont le sujet de sa prolongation est devenu un feuilleton du côté de Turin. Actuellement écarté des terrains pour une blessure au genou, l'attaquant argentin n'a pas non plus prolongé son bail, lui présent au club depuis 2015. Mais même blessé, Dybala n'a inscrit que 18 buts au cumulé lors des trois dernières saisons, soit depuis l'arrivée de Cristiano Ronaldo. Soit quatre réalisations de moins pour Dybala que lors de l'exercice 2017-2018.

L'échange entre Danilo et Joao Cancelo, lors de l'été 2019, peut aussi poser question sur la gestion sportive du club. D'autant plus au vu du rendement du latéral portugais à Manchester City. Si des jeunes comme Federico Chiesa ou Dejan Kulusevski s'imposent progressivement, le projet actuel autour de Cristiano Ronaldo n'a pas été concluant au vu des objectifs affichés. Et pour la première fois depuis 2011, la Juventus devrait perdre sa couronne nationale. Forcément de quoi inviter à la réfléxion pour les prochains mois.

GL