RMC Sport

Barça: une journée décisive pour la signature de Xavi

Le Barça a envoyé mercredi une délégation au Qatar pour convaincre Al Sadd de laisser partir Xavi, et ainsi le nommer sur le banc catalan. Le dossier n'est pas encore débloqué, mais les négociations vont se poursuivre ce jeudi.

Ce n'est absolument plus un secret: le Barça veut placer Xavi Hernandez sur son banc, et Xavi, comme il l'a confié mercredi, veut lui aussi devenir entraîneur du FC Barcelone. Sauf que l'ancien milieu blaugrana est toujours sous contrat avec le club qatarien d'Al Sadd. Et que les négociations entre les deux formations sont un peu plus compliquées que prévu...

Mercredi, le FC Barcelone a envoyé à Doha une petite délégation composée du vice-président Rafa Yuste, et du directeur du football Mateu Alemany pour tenter de débloquer le dossier. Comme l'explique Mundo Deportivo, les deux hommes ont regardé le match d'Al Sadd (3-3 contre Al-Duhail) avec les deux agents de Xavi, avant que le quatuor ne dîne en compagnie de quelques représentants qatariens emmenés par le directeur général Turki Al-Ali. Dîner auquel s'est ensuite joint Xavi.

Le cheikh Mohammed ben Hamad ben Khalifa Al Thani aimerait voir Joan Laporta y mettre de sa personne

Mais si la rencontre a été très cordiale, elle n'a débouché... sur rien. Sur les réseaux sociaux, Al Sadd a d'ailleurs répété sa volonté "de conserver son entraîneur Xavi et de ne pas le laisser partir dans une période charnière de la saison". Fin du dossier? Non, évidemment.

D'après Mundo Deportivo, de nouveaux échanges vont avoir lieu ce jeudi entre les différentes parties. Et la clé pour résoudre le problème pourrait d'ailleurs être "politique". Le quotidien catalan indique que le grand patron d'Al Sadd, le cheikh Mohammed ben Hamad ben Khalifa Al Thani, espère un geste formel de la part du président barcelonais Joan Laporta. Al Thani n'aurait pas forcément apprécié que Laporta ne fasse pas le déplacement vers Doha en personne, et ce serait d'ailleurs pour cela qu'Al Sadd a parlé dans son communiqué de simple "délégation administrative" du Barça. En clair: si Laporta lui en fait directement la demande, le cheikh - qui doit rencontrer Xavi dans la journée - pourrait y mettre du sien, et laisser filer son entraîneur.

Et si les nouveaux échanges ne permettent toujours pas le déblocage de la situation, Mundo Deportivo rappelle que le Barça aura toujours une dernière option: payer la clause libératoire de Xavi, estimée à 5 millions d'euros.

C.C.