RMC Sport

Mercato: joueurs libres, fair-play financier… Le 1er juillet va être une énorme journée

Déjà lancé en Ligue 1, le mercato estival va connaître un grand coup d’accélérateur au 1er juillet. Officiellement lancé à cette occasion en Liga, Serie A, Premier League et Bundesliga, la date butoir implique aussi un certain nombre de changements. Tour d'horizon avant le début des hostilités en Europe.

Des joueurs libres à la pelle

Première donnée, et pas des moindres : la fin des contrats. Au 1er juillet, tous les joueurs n’ayant pas renouvelé leur engagement n’auront plus d’équipe. S’ils pouvaient négocier depuis janvier, certains seront surpris de se retrouver sans contrat et s’en remettront peut-être à l’UNFP FC (en France), alors que d’autres attendent cette date pour annoncer leur nouvelle équipe, comme c’est le cas, par exemple, pour Adrien Rabiot dont le nom circule à la Juventus Turin.

Au total, ils sont 67 en Ligue 1. De grands noms sont concernés (Ben Arfa, Balotelli, Dani Alves, Gianluigi Buffon, Adrien Rabiot, Neven Subotic…). Des annonces ont déjà été faites mais le flux se tendra forcément au 1er juillet et tout au long de la période. D’autant que la situation est similaire partout en Europe. En Premier League, Ander Herrera (qui va arriver au PSG), Daniel Sturridge, Samir Nasri, Danny Welbeck, Gary Cahill ou Nacho Monreal sont libres de négocier. Même constat pour l’ancien Parisien van der Wiel ou l’Italien Giuseppe Rossi en Serie A. En Liga, Diego Godin est la tête d’affiche des futurs chômeurs.

A lire >>> notre 11 des joueurs libres en Ligue 1

Jeu des clauses libératoires

L’Atlético de Madrid, qui doit désormais trouver un remplaçant à l'Uruguayen, peut aussi se pencher sur la question de la clause libératoire d’Antoine Griezmann qui va passer de 200 à 120 millions au 1er juillet. 

Le Français n’est pas le seul concerné par cette inflation. Dans tous les championnats où les clauses libératoires sont autorisées dans les contrats (Italie, Espagne…), elles pourraient suivre le même chemin. Elément de contrat rendu célèbre par le transfert de Neymar au PSG en 2017, les clauses libératoires n’officient pas en Ligue 1, ce qui pourrait notamment freiner la venue de De Ligt dans la capitale française. 

Mises à jour du fair-play financier

Fin de cycle pour le fair-play financier. La période de surveillance 2018/2019 va prendre fin au 1er juillet et devrait faire du bien à bon nombre d’équipes. C’est notamment le cas du PSG qui attend cette date pour officialiser ses premières recrues espagnoles Pablo Sarabia et Ander Herrera

A l’inverse, les clubs hors des clous sur la période actuelle vont se voir infliger une nouvelle ardoise à respecter pour 2019/2020 et pourraient voir leur marge de manœuvre baisser lors du mercato estival, comme c’est par exemple le cas pour l’Olympique de Marseille. En Premier League, Chelsea est d'ores et déjà suspendu au 1er juillet et va devoir se hâter pour régler ses dossiers chauds (options d'achat, retours de prêts).

PL