RMC Sport

Mercato: le Barça a payé un peu plus que prévu pour Griezmann

Dans une interview accordée à Sport, Enrique Cerezo, président de l’Atlético de Madrid, a reconnu que le Barça avait versé un peu plus que le montant de la clause libératoire pour recruter Antoine Griezmann en 2019.

C’est LE choc du week-end en Liga. Le FC Barcelone reçoit l’Atlético de Madrid, samedi (16h15, 35e journée de Liga) dans une rencontre capitale dans la course au titre. L’Atlético est en effet leader avec deux points d’avance sur le Barça, deuxième ex aequo avec le Real Madrid. La rencontre sera aussi l’occasion de retrouvailles entre Luis Suarez et le Barça ainsi qu’entre Antoine Griezmann et l’Atlético, qu’il a quitté en 2019 après un bras de fer entre les deux clubs.

Le club madrilène avait dénoncé les agissements du Barça, qui s’était acquitté du montant de la clause libératoire qui baissait de 200 à 120 millions d’euros après le 1er juillet 2019. Mais pour les Colchoneros, les Catalans avaient conclu l’accord avec Griezmann avant cette date et devaient donc s'acquitter des 200 millions d'euros. Près de deux ans plus tard, Enrique Cerezo, président de l’Atlético, assure que la page est tournée.

Le Barça a-t-il payé plus que la clause? "Oui, il y a eu quelque chose de la sorte"

"Tout cela est déjà oublié, Griezmann est à Barcelone, il avait décidé d'aller à Barcelone et là il joue, confie-t-il dans une interview à Sport. C'était une bonne affaire pour l'Atlético, pour Griezmann et pour Barcelone." Le Barça a-t-il finalement plus que les 120 millions d’euros de la clause? "Oui, il y a eu quelque chose de la sorte", a-t-il confirmé sans en dire davantage.

"Le Barça ne doit rien, poursuit-il. C'est un grand club et l'une des équipes les plus importantes du monde, et je souhaite au Barça bonne chance dans tout." Après des débuts difficiles, le Français traverse une très bonne période actuellement. Il a passé cinq ans à l’Atlético (2014-2019), qu’il avait refusé de quitter pour le Barça en 2018 pour ne pas l’affaiblir alors que le club était frappé par une interdiction de recrutement.

Un retour chez les Colchoneros est-il envisageable? Cerezo n’en sait rien. "Pas que je sache, mais vous savez que tout peut arriver dans cette vie, conclut-il. Je dis toujours une chose: aujourd'hui tu meurs, demain le photographe, moi je gagne à la loterie ... Tout peut arriver (rires)."

NC