RMC Sport

Riolo : ''Encore un terrible mercato !''

Daniel Riolo

Daniel Riolo - AFP

Durant ce mercato qui vient d’ouvrir, la liste des départs va encore être longue et pénible pour notre foot…

Ça va encore saigner. Le mercato vient d’ouvrir et déjà, on peut envisager une liste de départs préjudiciables à notre championnat.

Depuis quelques années, il ne s’agit même plus de nos vedettes. Les joueurs de second rang partent aussi. Et cette année, derrière Ayew, Tabanou part aussi. Deux départs qui symbolisent assez la tendance du moment.

Dans cette longue liste, il y a de tout. Ceux qui réussissent et ceux qui vont à l’étranger faire du tourisme. Des destins comme ceux de Krychowiak, Trémoulinas intriguent néanmoins. Le premier, on avait beau savoir que c’était un bon joueur de L1, pas un coach ne l’aurait mis dans une liste prioritaire pour un recrutement. Le second, parti en Ukraine, revenu à Sainté, on le pensait presque sur la fin. Ses belles années bordelaises en souvenirs. Il est aujourd’hui vainqueur de la Ligue Europa, international et heureux à Séville.

Mais on a aussi Stambouli et Cabella en Angleterre. Ils joueront peut-être un jour, mais pour l’instant, ils regardent. Un échec ? Pas sûr. Ils sont dans un championnat important, attractif et attendent leur tour. Revenir en France ? Mais pourquoi faire ?

Parce que finalement le problème de fond est là. Plus personne ne veut rester. Je le répète depuis des années, la L1 est une zone de transit, une salle d’embarquement. On nous vend l’écriture positive de la L1, mais ça ne marche pas. Pas sur les acteurs. Sur une partie du public, peut-être, et encore.

Vous les lisez les interviews des joueurs qui partent ? Ils sont heureux ! Ils parlent de jeu, de travail, de foot… C’est comme un mec qui passe ses vacances à Roubaix et qui découvre l’air des Cyclades.

On ne retient plus personne. Alors évidemment, il faut prendre en compte l’oseille. On ne peut plus lutter, on le sait. Le dernier des derniers en Angleterre va être plus riche que l’OM ou l’OL ! Les impôts, la DNCG, les salaires… c’est mort. Les présidents passent leur temps à le répéter. On a compris. Les joueurs aussi, qui dans cette déprime générale, se barrent au plus vite.

Mais je me demande si à salaire équivalent, le joueur de L1 ne préfère pas se casser quand même. En fait j’en suis sûr. Et ce, même si son club joue l’Europe. Et si un mec de L1 va en équipe de France, c’est pire. Là, il croise un coéquipier qui joue ailleurs et il lui vend le rêve mieux qu’une pub pour le Club Med !

La liste des départs est tellement longue que la saison prochaine, s’il reste, le meilleur buteur de L1 en activité sera Mevlut Erding !!! Parfois une phrase suffit à rendre compte de l’ampleur du problème, non ?

Alors c’est quoi le problème justement ? Quand un joueur comme Ayew dit que Swansea c’est bien parce que c’est un club qui grandit et que le projet vendu par Gomis, qui est remplaçant là-bas, est fantastique ! Ça ressemble à une grande claque dans la gueule pour l’OM ou pas ? L’OM n’avait aucun projet à lui vendre ? Rien à offrir ? Et bien je ne crois pas. La pourriture notable du vestiaire marseillais, la gestion du club, son départ en fin de contrat, les incertitudes… mais qu’est-ce qui aurait pu le retenir ? Je précise que l’OM dispose tout de même de 120 millions de budget, c’est pas non plus la misère…

C’est comme ça partout ! Aucun projet, pas de jeu, morosité générale. Lille, ça coule. Sainté… vous avez lu l’interview de Galtier dans FF ? On ne pourra rien faire de mieux. Ok merci.

Le PSG, une exception ? A voir. Si la gestion continue d’être telle, j’ai un doute. La mentalité, différente au départ, est vite devenue bien franchouille L1. On chouine, on se plaint. Une intégration parfaite à nos us et coutumes…

L’OL ? Au moins Aulas ne lâche pas le morceau. Il se bat et tente de continuer son histoire. Il raconte assurément quelque chose.

Notre foot est malade de ce qu’il est, de ce qu’il raconte. C’est autant une crise existentielle qu’une crise financière. Il faut arrêter avec les visions optimistes ou pessimistes. Il faut voir notre foot tel qu’il est, pas tel qu’on aimerait qu’il soit. Car pour cela, il faut agir et faire en sorte de changer les mentalités. Ça passe, avant tout, par la gouvernance, à la LFP, à la FFF. Une impulsion nouvelle est vitale. En attendant, ce mercato va encore nous faire beaucoup de mal. Et on va encore entendre chouiner dans les chaumières de L1…

Daniel Riolo