RMC Sport

Handball: le PSG s'offre une troisième Coupe de la ligue d'affilée

Hansen (PSG)

Hansen (PSG) - AFP

Le PSG handball a remporté la Coupe de Ligue au détriment de Montpellier ce dimanche (31-25). Largement dominateur, le club parisien s'offre un troisième titre d'affilée dans la compétition.

Le PSG a remporté la Coupe de la Ligue de handball pour la troisième fois d'affilée en prenant sa revanche sur Montpellier, 31 à 25, ce dimanche en finale au Mans. Les Parisiens avaient perdu leur titre en Coupe de France la semaine dernière, dès les quarts de finale, en s'inclinant chez les Montpelliérains 32 à 31.

Première victoire en finale contre Montpellier

C'est le premier trophée de la saison pour les champions de France, qui caracolent en tête de la Starligue avec quatre points d'avance sur leurs adversaires du jour, et dont le grand objectif est de décrocher enfin la Ligue des champions au printemps à Cologne. Cette Coupe avait été le dernier titre national à s'offrir au PSG, mais depuis qu'il l'a conquise il ne l'a plus lâchée. Le dernier club à avoir réussi ce triplé était Montpellier, détenteur du record des titres (dix), de 2010 à 2012.

Curieusement, alors qu'il domine la scène hexagonale depuis l'arrivée du Qatar il y a sept ans, c'est la première fois que le club de la capitale bat Montpellier dans une finale. Il avait perdu la Coupe de la Ligue en 2016 et la Coupe de France à deux reprises en 2013 et 2016.

Le MHB, champion d'Europe en titre, comptait sur cette coupe pour se mettre du baume au cœur après son élimination dès le premier tour de la Ligue des champions. Mais les Parisiens, qui se sont eux qualifiés en survolant leur groupe, étaient trop forts.

"Dominés dans tous les secteurs"

Fâchés d'avoir été privés de la "Triple Couronne" hexagonale (Championnat, Coupe de France, Coupe de la Ligue) qu'ils avaient décrochée l'an passé, ils sont passés en tête grâce à un gros coup d'accélérateur avant la pause (17-14), dans le sillage du Danois Mikkel Hansen (5 buts) et de l'Allemand Uwe Gensheimer (9 buts dont 5 penaltys). Ils n'allaient plus la quitter.

Portés par les arrêts de l'Espagnol Rodrigo Corrales, les Parisiens ont repoussé le retour des Montpelliérains, brièvement revenus à une longueur à onze minutes du terme.

"On a été plus en réussite qu'eux à la fin. On a raté un peu moins. Il y a beaucoup de fatigue, on gagne avec beaucoup d'écart parce qu'ils sont crevés et ils lâchent", a commenté l'ailier du PSG Luc Abalo au micro de BeinSports.

AFP