RMC Sport

Mondial de hand: le duo Lekai-Banhidi que la France devra maîtriser en quarts

L'équipe de France de handball affronte ce mercredi soir (20h30) la Hongrie, au Caire, pour une place en demi-finales du Mondial. Les Bleus devront surtout se méfier de Máté Lékai et Bence Bánhidi.

Un duo à maîtriser

Depuis l’Euro 2012, la France n’a plus affronté la Hongrie dans une compétition officielle. Toujours invaincus, les Bleus partent avec l’étiquette de favoris ce mercredi (20h30) en quarts de finale du Mondial en Egypte. Mais les Hongrois n’ont rien d’un petit poucet, s’appuyant sur un binôme redoutable formé par Máté Lékai et Bence Bánhidi.

Neutraliser le cerveau

Maté Lekai (32 ans, 1m90) est le demi-centre et la pièce centrale du jeu hongrois. "C’est leur maître à jouer, analyse Guillaume Gille. C’est celui qui prend beaucoup de décisions dans le jeu. Parfois pour lui-même avec sa capacité à utiliser les espaces et tirer au travers."

Coéquipier de Kentin Mahé à Vesprem, l’un des plus grands clubs d’Europe, Maté Lékai est un habitué du très haut niveau. La France va devoir trouver la parade d’autant plus qu’un autre demi-centre de talent, le Suisse Andy Schmid, a déjà mis le feu dans la défense des Bleus lors de la courte victoire de la France (25-24) en début de Mondial. Schmid avait marqué 10 buts (59%) et distribué 4 passes décisives.

Un duel de titans

Pour sévir sur le terrain, Lékai a un compère: le puissant pivot de Szeged (deuxième club hongrois et habitué des joutes européennes), Bence Bánhidi (25 ans, 2m06). "Lékai sait mettre en valeur son pivot qui a été très bon depuis le début de la compétition, note le sélectionneur français. Un axe sur lequel, on va être particulièrement vigilant avec plusieurs options à explorer. Le jeu hongrois tourne essentiellement autour de ce binôme."

Pour contrer l’imposant pivot hongrois, la France a dans ses rangs, Ludovic Fabregas (1m96) et Luka Karabatic (2m03) qui forment la charnière en défense dans l’axe, appelé aussi le secteur central. Complémentaire et figurant comme la meilleure paire de pivot du monde, le duo français a toute les cartes en mains pour neutraliser Bánhidi et dissuader Lékai de venir percer la muraille française.

Si les Bleus nient l’étiquette de favori pour ce quart de finale face à la Hongrie, une défaite serait une surprise alors que la France est toujours invaincue et sort d’une prestation très convaincante contre le Portugal.

Arnaud Valadon