RMC Sport

Les cinq "pétages" de plomb de Benoit Paire

-

- - -

Viré de l’équipe de France à Rio pour avoir pris un peu trop de libertés par rapport aux règles imposées aux joueurs, Benoit Paire a quitté le Brésil sur un magnifique : « Je suis très content de partir ». L’Avignonnais (27 ans) n’en est pas à son coup d’essai. Personnage singulier du tennis mondial, ses coups de folie animent le circuit depuis plusieurs saisons. En voici cinq.

Miami 2013 – Llodra traité de « mange-merde »

Peut-être la plus célèbre des fameuses colères de Benoit Paire. D’autant plus mémorable qu’elle l’a opposé à un autre français, Michael Llodra. Mars 2013. On joue le premier tour du Masters de Miami. Dès le début de match, le ton monte. Le vétéran Llodra ira d’un : « ne te comporte pas comme un petit merdeux ». Pas en reste, Paire, malgré son statut de cadet, sort la boite à insultes. Llodra confiera ainsi avoir été qualifié de « mange-merde ». A la fin du match, remporté (7-6, 6-2 par Llodra), Paire refusera de serrer la main de son adversaire.

A lire ici >> Benoit Paire est exclu de l’équipe de France, il est "très content de partir"

A lire ici >> "Ce n’est pas open bar", Arnaud Di Pasquale explique l’exclusion de Benoît Paire

A lire ici >> Masseglia et Gachassin approuvent l'exclusion de Paire

Wimbledon 2015 – « Tout est pourri ici »

Deuxième tour du Grand Chelem britannique. Paire mène deux sets zéros face à Roberto Bautista. Puis l’Avignonnais se dérègle. Il expulsera sa frustration d’un shoot dans une chaise entré dans l’histoire du vénérable tournoi. Mais ce sont surtout ses déclarations d’après match qui marquent les esprits. « « Tout est pourri ici, tempête Paire. Je ne suis pas le seul à penser ça, mais peut-être le seul à le dire. Quitter Wimbledon, je m'en fous. Je n’aime pas ce tournoi. »

Wimbledon 2012 – la honte du clan français

Alors 55e joueur à l’ATP, Benoit Paire affronte au troisième tour Brian Baker, seulement 126e. Les chances du Français de rejoindre les huitièmes sont réelles. Mais il tombe sur un Américain en état de grâce qui finira par le rendre fou et le battre en quatre sets. Insultes, jets de bouteille et de raquette, nullité de l’arbitre… Tout y passe. Son comportement est tel qu’au bord du terrain, Arnaud di Pasquale, responsable du haut niveau masculin tricolore, et Arnaud Clément, alors capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis, sont mortifiés. « J'ai failli quitter le court à la fin du deuxième set », confiera Di Pasquale. Conscient de n’avoir pas eu la bonne attitude, Paire rebondira vite après la rencontre, confiant aux journalistes : « Je suis très content de mon Wimbledon, je vais aller à ma plage de Frontignan et j'espère trouver la femme de ma vie ».

Open d’Orléans 2013 – « Ramasse ton crayon »

Tête de série numéro 1 de l’Open d’Orléans, Paire, alors 28e joueur mondial, affronte Leonardo Mayer (94e) en demies. D’entrée, l’Avignonnais n’y est pas. Ses contestations, ses familiarités vis-à-vis de l’arbitre à l’image d’un « Ramasse ton crayon », son départ anticipé du court lors d’une coupure de courant, n’ont pas laissé un grand souvenir dans le Loiret. Même si les images du match font le bonheur de Youtube.

Roland-Garros 2015 – Berdych écœuré

Ses coups de folie touchent également au jeu de Benoit Paire. L’un de ses plus fameux reste cette incroyable séquence de six amorties de suite tentées face à Tomas Berdych au troisième tour de Roland-Garros 2015. Le Tchèque en perdra son latin et la deuxième manche avant de se reprendre pour s’imposer en quatre sets.