RMC Sport

Paris 2024: la lettre ouverte de la Fédération de karaté à Estanguet

La Fédération française de karaté poursuit son combat pour que la discipline soit intégrée au programme des épreuves des JO de Paris 2024. Une lettre ouverte a ainsi été adressée à Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux à venir.

Malgré une nouvelle fin de non-recevoir, la Fédération française de karaté (FFK) ne lâche pas prise. Dans une lettre ouverte dévoilée vendredi, elle interpelle à nouveau le comité d'organisation des JO de Paris 2024, et plus précisément son président Tony Estanguet, pour que sa discipline soit réinscrite au programme des épreuves (la discipline a été retirée de la liste des sports additionnels, malgré sa première apparition aux JO 2021 de Tokyo).

"À Tokyo, pour sa première apparition au programme des Jeux olympiques, le karaté a montré son plus beau visage. À Paris, il n’en n’aura pas le droit, et ce malgré tout ce qu’il peut offrir", déplore la Fédération.

"Le karaté est universel et rassembleur, poursuit la FFK. 36 nations différentes étaient représentées à Tokyo (accompagnées de deux réfugiés politiques) et 131 aux derniers Championnats du Monde de Madrid. Tous ces pays partagent et respectent les mêmes valeurs propres à cette discipline. Mais en 2024, ils seront privés d’une chance supplémentaire de les faire briller".

"Le karaté est jeune et populaire"

Face aux propos de l'ancien champion de canoë-kayak Tony Estanguet, ayant déclaré vouloir toucher un public plus jeune avec des disciplines telles que le breakdance, la fédération réplique avec des chiffres: "Le karaté est jeune et populaire. Tandis que dans le monde, des millions d’enfants pratiquent le karaté, en France où 57% des licenciés ont moins de 18 ans, 250.000 pratiquants se regroupent dans 5.000 clubs. Un tissu dense qui s’étend bien au-delà des tatamis, jusqu’aux réseaux sociaux, où des milliers de fans de tout âge célèbrent eux aussi le karaté. Mais en 2024, aucun d’entre eux ne s’émerveillera devant les exploits de leurs idoles".

"Les dernières semaines nous ont prouvé, s’il le fallait, que le karaté avait toute sa place dans la grande famille olympique. Une légitimité glanée auprès de tous grâce à ses valeurs, son image et ses résultats", conclut la fédération de karaté.

Da Costa: "Estanguet oublie vite d'où il vient"

Le communiqué de Paris-2024 sur l'absence définitive du karaté au programme a aussi fait réagir Steven Da Costa. En première ligne sur ce dossier, le médaillé d'or français ne s'est pas privé d'adresser une pique à Tony Estanguet dans Les Grandes Gueules sur RMC.

"Pour Sydney [en 2000], ils ont voulu retirer le canoë-kayak, sa discipline. Ils se sont battus, et ont été rajoutés par la suite. C'est comme ça qu'il a pu ramener toutes ses médailles. C'est pour cela que je dis qu'il oublie vite d'où il vient. Il est passé par cette case et il ne se met pas à notre place. (...) C'est injuste. Dans les sports qu'ils ajoutent, aucun sport n'est pratiqué autant que nous."

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport