RMC Sport

Yoka : ''A Rio pour gagner''

-

- - AFP

Invité ce lundi de Before Rio, le Français Tony Yoka, sacré champion du monde de boxe (-91 kg) à Doha l’année dernière, a évoqué sa préparation pour les Jeux Olympiques de Rio. Ainsi que la perspective de voir Teddy Riner comme porte-drapeau de la délégation française.

Champion du monde de boxe dans sa catégorie (-91 kg) le 15 octobre dernier à Doha (Qatar), Tony Yoka était l’invité de Before Rio ce lundi, en compagnie de son mentor, Brahim Asloum. Celui qui représentera la France aux Jeux Olympiques de Rio dans la catégorie des poids lourds, est revenu sur l’actualité olympique ainsi que sa préparation pour le grand rendez-vous brésilien…

La réunion du 20 mai, une mise en bouche avant les JO

« Ce n’est pas une récréation, ce n’est pas un match de football. C’est un combat de rentrée, je n’ai pas boxé depuis les championnats du monde (à Doha le 15 octobre dernier, ndlr), et ça s’inscrit parfaitement dans ma préparation olympique. Ça fait plaisir de pouvoir boxer en France, je n’ai pas toujours l’occasion de boxer à Paris, donc c’est une bonne préparation à trois mois des Jeux."

Un programme chargé

« Je me lève assez tôt, un peu avant 7h, pour déjeuner et prendre des compléments alimentaires, afin d’avoir pas mal de vitamines. Ensuite mon premier entrainement est à 8h30. Il est surtout physique. Je cours sur la piste de l’INSEP. Après, je mange le midi. J’ai un gros gabarit donc il faut quand même que je m’alimente. Ensuite, il ne faut pas négliger la sieste, moi je dors deux heures même si on me conseille plutôt 20 minutes. Et l’après-midi, on part sur du sparring, avec six à huit rounds pour m’entraîner. » 

Tête d’affiche ? Pourquoi pas !

« En France, on a besoin d’une tête d’affiche pour la boxe. Sans prétention, j’aimerais bien assurer ce rôle. Si je peux, je le ferai. Et puis honnêtement, après avoir été champion du monde, si je vais à Rio, c’est pour gagner. »

Gagner à Rio… avec Audrey Tcheuméo

« Audrey, ça fait longtemps que je la connais, on a fait les Jeux Olympiques de Londres ensemble. Elle m’a toujours dit que mon heure viendrait, alors j’espère qu’on aura l’occasion de monter sur la plus haute marche ensemble à Rio. »

Teddy Riner porte-drapeau des Bleus

« Teddy, il dégage quelque chose. Quand tu regardes Teddy et quand tu l’écoutes, c’est lui qui est le leader naturel de l’équipe de France olympique. Je ne vois pas qui voudrait être porte-drapeau à sa place. Personne ne va y aller. Moi je trouve qu’il incarne une nouvelle génération de Français qui a la dalle. Il est huit fois champion du monde, champion olympique, et il a encore faim. C’est un leader naturel. »

L’absence de Federer au village olympique

« Usain Bolt, Serena Williams et même Rafael Nadal étaient au village olympique à Londres. Je comprends que la Dream Team en basket (le surnom de l’équipe américaine) fonctionne comme ça, parce que c’est une équipe, ils ont besoin d’être entre eux. S’ils veulent s’isoler, ça ne me dérange pas. Mais Federer, lui, fait partie d’une équipe. Il est le leader de l’équipe olympique suisse. Je ne ne comprends pas trop qu’il parte aussi loin (Federer a fait le choix de séjourner à 130 km du village olympique, qu’il rejoindra en hélicoptère). »