RMC Sport

Pluie de médailles pour la France

Clarisse Agbegnenou

Clarisse Agbegnenou - -

Les Bleus ont fait une razzia ce jeudi aux Mondiaux de Rio. Loïc Pietri est devenu champion du monde en moins de 81kg. Clarisse Agbegnenou (-63kg) a pris l’argent alors qu’Alain Schmitt (-81kg) et Gévrise Emane (-63kg) ont décroché le bronze.

Pietri sur le toit du monde

Historique ! Après un titre de champion du monde juniors en 2009, Loic Pietri (22 ans) est devenu champion du monde des moins de 81kg. Le premier depuis 2001 (Frédéric Demontfaucon, ndlr), sans compter le phénomène Teddy Riner, quintuple champion du monde. En finale, le Français a battu le numéro deux mondial et champion d’Europe en titre, le Géorgien Tchrikishvili. Mené d’un yuko, le Niçois a marqué un waza-ari. Un mouvement d’épaule qui lui a permis d’être couronné pour la première fois de sa carrière.

Avec ce titre, la France compte désormais cinq médailles, dont quatre décrochées ce jeudi, après l'argent d'Ugo Legrand mercredi. « Cette médaille d’or représente tout le travail accompli. Je ne me rappelle même pas quand j’ai commencé le judo, ça devait être avec mon père à Monaco. Ensuite, j’ai continué à Nice jusqu’à 18 ans. Je suis monté sur Paris. Ça a été quand même des sacrifices, rappelle Pietri. Et là, tout est récompensé. Ce n’est pas toujours juste le sport, là pour moi, ça l’est et je suis heureux ».

Agbegnenou se contente de l

Parfaite jusqu’en finale, avec notamment un combat parfaitement maîtrisé face à sa compatriote Gévrise Emane, Clarisse Agbegnenou (20 ans), championne d’Europe en avril dernier, a échoué dans sa conquête d’or mondial en moins de 63kg. Opposée à l’Israélienne Gerbi, la Française a subi la loi de la dernière médaillée de bronze des championnats d’Europe, avec un superbe ippon. Une immense déception pour la numéro un mondiale française qui avait pour objectif d’être sur la première marche du podium. « Ce n’est pas la médaille que j’avais souhaité. J’ai pratiqué un bon judo. J’ai fait de mon mieux, a confié la judokate. J’ai tout le temps marqué sauf en finale. J’ai effectué une bonne saison. J’aurais aimé finir sur une excellente note. C’est un peu moins bien ce jeudi mais ce n’est pas grave. »

Schmitt et Emane en bronze

Si la rançon de médailles avait parfaitement commencé avec le bronze de Gévrise Emane en moins de 63kg face à la Slovène Trstenjak, elle s’est parfaitement conclue lors du dernier combat d’Alain Schmitt. En finale de repêchage, le licencié du Levallois Sporting Club a décroché sa première médaille mondiale. Lors de la petite finale, le Français s’est débarrassé, dans la douleur, du Mongol Otgonbaatar. « Ce n’est pas la plus belle des médailles mais le bronze est déjà joli. Elle récompense dix ans de carrière. J’espérais mieux mais je suis satisfait, a précisé le natif de Forbach. Mon mental m’a beaucoup servi dans ces championnats du monde. Je ne pensais qu’à cela. » L’émotion a été tout aussi intense pour Emane. « J’ai beaucoup pleuré, confie-t-elle. Mais, ce sont des larmes de joie. C’est ma quatrième mondiale. Je n’avais jamais eu le bronze. Je suis heureuse. Ma carrière a été bien remplie même si je suis un peu déçue car j’étais venue glaner un troisième titre mondial. Je suis tombée sur plus fort que moi. »

A lire aussi :

>> Mondiaux : Pietri se couvre d’or !

>> Mondiaux : Legrand, l’argent de l’espoir

>> Mondiaux - Pavia : « Une compétition pourrie »

Xavier Martel avec Rodolphe Massé à Rio