RMC Sport

Agnel, les minima, la "boucherie" du 100m : l’analyse d’A.Bernard

Alain Bernard

Alain Bernard - AFP

Retiré des bassins depuis 2012, Alain Bernard jette un regard acerbe sur les championnats de France qui se déroulent actuellement à Montpellier et qui sont marqués par la polémique Agnel sur le 200m et des minima pour les JO extrêmement élevés. Il attend avec impatience la grande bataille du 100m, distance sur laquelle il a été champion olympique en 2008, ce vendredi (18h47).

Alain Bernard, pensez-vous que la polémique sur l’erreur de chronométrage lors du 200m aurait eu lieu si Yannick Agnel n’était pas impliqué ?

C’est sûr que si c’est un petit jeune qui est 6e ou 7e de la finale B ou C, ça passe un peu inaperçu. Là, il y a beaucoup d’attentes autour de Yannick. C’était la grosse interrogation de cette semaine. Est-ce qu’il était capable de nager à son meilleur niveau et de se qualifier avec ces critères de sélection extrêmement exigeants ? 1’46’’06 (les minima fixés par la FFN sur 200m, ndlr), ça correspond au 6e temps mondial de l’année précédente, donc ça veut dire que ceux qui se qualifient ont une réelle chance de finale, voire de médaille. C’est sûr que ça serait peut-être passé inaperçu s’il n’y avait pas eu cette histoire de plaque, mais dans ce cas-là, comment on fait ? On va déclasser le 2e sur un jugement analytique, avec un système vidéo qui n’est pas officiel ? J’ai discuté avec Jordan Pothain (qui a officiellement terminé 2e), il est touché car il est dans sa phase de progression. Le règlement est comme ça. Est-ce qu’il y a des failles dans le règlement ? Dans ce cas-là, c’est au chef de décider. Mais qui est le chef ?

Cela peut-il jeter un doute sur les résultats de ces championnats de France ?

Le doute est là depuis le jour où les minima sont sortis. Personne ne s’y attendait. Je pense à Fabien Gilot, le cadre de l’équipe de France, le cador du relais, celui qui avait je pense le plus d’ambition personnelle de se qualifier en nageant 48’’4 ou 48’’5 sur 100m. Là, c’est 48’’1, le temps. Fabien ne l’a jamais fait. Là, il va falloir qu’il le fasse dans ce contexte d’adversité et de chrono extrêmement exigeant. Je suis pour l’exigence, c’est indéniable, mais en demander autant en quelques mois, c’est beaucoup demander pour une natation qui est déjà sur le déclin depuis quelque temps avec, comme on le sait tous, des grosses têtes d’affiche et derrière, rien de vraiment solide. Mais ça a toujours été le cas. Ça prouve qu’on a encore beaucoup à faire. Aujourd’hui, on est déjà en retard pour être performant à Tokyo (aux JO 2020, ndlr). Il y a des choses mises en place, heureusement, mais il faut prendre le taureau par les cornes. Un règlement, à partir du moment où il a des failles, tout le monde a tendance à s’engouffrer dedans. Donc je repose encore une fois la question : qui est le chef ?

Quel est votre avis sur le 100m, qui aura lieu ce vendredi ?

C’est le gros dossier. Les deux premiers qui font 48’’13 sont qualifiés, les autres ne le sont pas. On a vu nager Florent (Manaudou) à Marseille en 48’00 de façon brouillonne. Mais c’est Florent. Je pense que là, il a mis les choses en place, il est serein. C’est un garçon qui intrinsèquement, pour moi, peut nager en moins de 47’’. C’est sûr. Il a une vitesse de base, des coulées, une force inouïe. On ne peut pas se dire que c’est une simple formalité. La différence entre 48’’13 et 48’’2 est infime mais elle existe. Et à 48’’2, ça ne passe pas. Et sur ce 100m, il va y avoir aussi de l’adversité. Ça va être une course extrêmement alléchante, comme d’habitude.

Ce sera Florent Manaudou devant et tous les autres derrière ?

Si Florent ne dit pas qu’il est le favori, c’est qu’il se surprotège. Mais de fait, il est le favori puisque c’est le seul à avoir réalisé les minima sur ce 100m.

Yannick Agnel peut-il faire parler son orgueil sur cette course ?

Mais bien sûr ! Mais vous savez, quand on nage à 3’’5 ou 4’’ de son meilleur temps sur 200m, si on ramène ça sur 100m, ça fait 1’’5. Si je nageais 1’’5 de plus que mon temps à l’époque, je serais resté à la maison longtemps. Yannick avait un niveau de performance sur 200m si élevé qu’il pouvait se permettre cette marge de manœuvre. Sur 100m, il n’y en a pas beaucoup qui ont une marge de manœuvre. Ça va être une boucherie, comme d’hab’ ! C’est ça qui est bon ! Pour moi, ce serait bien que tout le monde passe mais il y en aura maximum deux. Mais ça pourrait être zéro et là, ce serait encore une autre affaire.

la rédaction avec Julien Richard