RMC Sport

Champions Cup: La Rochelle veut "rafler le titre" face à Toulouse

Vainqueurs de Leinster (32-23) dimanche, les joueurs de La Rochelle avaient déjà la tête à leur finale de Champions Cup face à Toulouse, qu'ils abordent déjà avec beaucoup d'envie.

Qualifié pour la première finale européenne de son histoire, après une superbe victoire face au Leinster ce dimanche (32-23), le Stade Rochelais retrouvera Toulouse le 22 mai. Pourtant novices à un tel niveau de compétition, les Maritimes ne cachaient pas en conférence de presse leur envie d'aller chercher le trophée. Notamment pour l'offrir à leur fans, très présents aux abords du stade avant le match.

À peine l'excitation de la qualification retombée, les têtes des joueurs étaient déjà à Twickenham, pour la finale. "C'est quand même assez énorme une finale de Champions Cup, reconnaissait Grégory Alldritt après le coup de sifflet final. Mais il y avait le sentiment dans le vestiaire que ce n'était pas assez. On veut plus, on veut aller gagner le titre. Le soulagement, la grosse joie, elle viendra après la finale."

Un club qui a bien grandi

"On a hâte de relever ce défi, a-t-il poursuivi. On va tout donner et essayer de rafler ce titre." Le troisième-ligne n'a pas manqué l'occasion de souligner le chemin parcouru par le Stade. "C’est tout un club qui grandit depuis 10 ou 15 ans, a insisté l'international français. Ils étaient en Pro D2, ils ont gagné le droit de jouer le Top 14, puis le top 6 et maintenant une finale européenne. Le club grandit petit à petit et nous sommes de simples soldats."

Cette envie était partagée par Pierre Bourgarit, le talonneur rochelais. "Il y a eu beaucoup de déclarations cette semaine qui ne nous mettaient pas favoris (face au Leinster), qui disaient qu’on allait en prendre 40, s'est-il amusé sur RMC. Mais on a montré que nous aussi on avait des armes, qu’on savait se défendre. Il faut que ça continue. Cette opportunité, il ne faudra pas la galvauder." Il a également relevé l'importance du public dans cette quête du Graal. "Quand on va acheter le pain, on croise toujours une personne qui nous dit qu’elle est fière de nous, qu’il faut qu’on continue, s'est-il réjoui. Le groupe réalise l’importance que ça a pour cette ville et ce club."

En finale, "un challenge massif"

S'ils ont affirmé avoir hâte d'être au match, tous les joueurs interrogés ont quand même salué les qualités de Toulouse, leur prochain adversaire. "Toulouse est une équipe incroyable, la meilleure équipe de France depuis deux ans. Ça va être un challenge massif pour nous", a assuré l'ouvreur Ihaia West, 22 points face au Leinster. "On félicite les joueurs, mais on se projette sur le prochain match", a expliqué de son côté Jono Gibbes, l'entraîneur rochelais. "On fera face à Toulouse qui a gagné contre nous deux fois, il reste du travail à faire. Ce soir, c’est historique, c’est une belle récompense mais l’histoire n’est pas finie."

Au moment de désigner un favori, ils se sont tous montré frileux, tout en relevant l'expérience toulousaiTne (quatre titres de champions d'Europe). "C’est toujours de l’intox, mais c’est sûr que Toulouse a plus d’expérience, est champion de France en titre, est devant nous en Top 14, a énuméré Alldritt. Ils ont des grosses qualités mais nous aussi. En tous cas, on va faire la guerre."

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport