RMC Sport

Coupe du monde: Charles Ollivon, l’émotion du phénix revenu "de très, très loin"

Gravement blessé à l’épaule il y a un an, Charles Ollivon savoure plus que tout autre sélectionné sa place pour la Coupe du monde au Japon. De retour sur les terrains en février dernier, le troisième ligne toulonnais a dû cravacher pour récupérer et a réussi le pari de se faire une place dans la liste de 31 joueurs appelés à disputer la compétition. Pour son plus grand bonheur..

Il y a un an, Charles Ollivon rechutait et se blessait de nouveau gravement à l’épaule droite. Pendant que certains s’interrogeaient sur un risque de fin carrière, le troisième ligne toulonnais mettait au point un protocole avec son chirurgien pour se rétablir. Avant de revenir au plus haut niveau. Pour Ollivon, qui n’a rejoué qu’en février dernier, tout s’est enchaîné. Performances rassurantes avec le RCT, stage avec les Bleus comme réserviste, belles performances en amical. Et aujourd’hui, une place dans les la liste des 31 joueurs retenus par Jacques Brunel pour partir disputer la Coupe du monde au Japon avec le XV de France! Forcément un moment très particulier quand on revient d’aussi loin... 

"J’étais devant ma télé pour l’annonce, tout seul chez moi, confie-t-il à RMC Sport en bord de mer du côté de Carqueiranne. C’était volontaire de ma part car je me doutais que ça allait être un moment intense pour moi et je voulais le vivre un peu seul. J’ai accueilli cette nouvelle avec forcément beaucoup d’émotion. Je ne suis pas près d’oublier cette belle soirée." Et de préciser: "J’ai pensé un peu à tout ce que j’ai vécu pour en arriver là. Beaucoup de choses sont remontées sur le moment. Forcément, ça se bousculait un peu dans ma tête. C’était beaucoup de choses à la fois et un moment assez intense. J’ai mis cinq-dix minutes à redescendre et à m’en remettre. Puis j’ai appelé ma famille et j’ai reçu une avalanche de textos et d’appels. Il a même fallu couper le téléphone un moment car j’avais prévu d’aller au restaurant manger un bout et boire un verre. J’ai profité de cette soirée avant de voir qu’il avait bien chauffé quand je suis revenu. (Sourire.)"

Au moment de savourer, le garçon avait forcément dans l’esprit ces mois de galère à se reconstruire. Pas innocent, d’ailleurs, de l’avoir encore vu poster ces dernières heures sur Instagram une photo de lui quand il était sur son lit d’hôpital il y a quelques mois. "Je reviens de très loin, oui, confirme-t-il. De très, très loin, même. Au moment de l’annonce, j’y ai forcément plus pensé que d’habitude car ce sont des choses qui remontent. Pendant un moment, c’est vrai que j’étais un peu dans la galère. Beaucoup de choses se disaient sur moi mais je ne voulais pas en parler non plus, donner le moins d’informations possibles pour rester concentrer sur ce que j’avais à faire et mon retour. Mais là, il y a beaucoup de choses qui remontent. Mais ça ne va pas durer longtemps. Quand on va repartir à Marcoussis, tout sera terminé." 

L’esprit tourné vers l’avenir et plus vers ce passé. Que Charles Ollivon n’a jamais vu comme un obstacle impossible à contourner sur la route du Japon. "J’y croyais, assure-t-il. Après l’annonce de la liste de 37 joueurs en juin, même si j’étais réserviste dans un premier temps, je suis monté avec beaucoup de motivation et pour tout donner donc j’y croyais forcément. Et ça m’a souri. Je me suis régalé pendant les deux mois et demi de préparation, qui étaient compliqués, et là ce n’est que du bonheur. Donc non, ce n’est pas un miracle. Depuis deux ans, on ne m’a rien servi sur un plateau, on ne m’a rien donné, j’ai été me chercher les choses. Je n’avais pas le choix. Toutes les étapes que j’ai eu à franchir ont été de sacrées étapes. Je dois beaucoup à mon chirurgien et au travail que j’ai fait depuis plusieurs mois. Je me suis beaucoup envoyé, j’ai beaucoup donné et j’ai une magnifique récompense donc je n’ai pas fait tout ça pour rien, c’est génial." Le bonheur, c’est simple comme une liste des 31. 

FG avec AH