RMC Sport

Coupe du monde: le Canada frôle le gros coup face à l’Italie

Phil Mack

Phil Mack - AFP

L’Italie s’est imposée de justesse face au Canada (23-18) ce samedi, après avoir été dominée une bonne partie du match par des adversaires joueurs et coriaces. Les Italiens ont évité le pire en concrétisant leurs rares temps forts.

Le Canada est passé tout proche de l’un des plus gros exploits de son histoire en Coupe du monde, ce samedi face à l’Italie. Avec un peu plus de réalisme ou de réussite de son ouvreur Hirayama au pied (3/5), les Canadiens auraient au moins accroché le nul. Au lieu de ça, ils se sont inclinés (23-18) alors qu’ils ont longtemps écrit le scénario de leur plus grand succès en Mondial face à une pâle Nazionale, qui aura eu pour seul mérite de fructifier ses temps forts par des points.

Les bonnes phases italiennes n’ont pourtant pas été nombreuses. Jamie Cudmore and co ont imposé une variation de jeu récompensée par une première pénalité d’Hirayama (0-3, 14e) puis un superbe essai de Van der Merwe (0-10, 16e). Un relâchement coupable au coup d’envoi a sapé ce début de match idéal. Rizzo en a profité pour faire recoller les siens (7-10, 18e) avant qu’Allan ne remette les compteurs à zéro dans la foulée (10-10, 25e).

Le Canada va retrouver les Bleus

Mais le Canadien n’est pas du genre à abandonner. Et les Français, leurs prochains adversaires, feraient bien de s’en méfier. Evans a redonné l’avantage aux siens en concluant d’un nouvel essai une action en première main magnifique (13-15, 45e). Une touche rapidement jouée par les Italiens et conclue par Garcia (20-15, 59e) a permis aux hommes de Jacques Brunel d’éviter la catastrophe. Ceux du Néo-Zélandais Kieran Crowley se sont accrochés en tentant de pousser les Italiens à la faute pour une dernière pénalité alors qu’ils étaient revenus à deux points (Hirayama, 20-18, 72e). Celle-ci est finalement arrivée… pour l’Italie, qui a scellé un succès longtemps incertain (23-18).

Les Bleus sont prévenus avant leur rendez-vous jeudi face à cet adversaire qu’ils avaient déjà croisé lors du Mondial 2011 et contre lequel ils s’étaient imposés non sans souffrir (46-19). Les Canadiens avaient surtout sauvé les Bleus d’une élimination dès le premier tour en battant les Tonga (25-20). Il leur a manqué peu de choses ce samedi pour accrocher le scalp d’une autre nation importante du rugby mondial.