RMC Sport

France-Angleterre: la FFR attend des explications après la panne d’éclairage, match perdu pour les Bleues

La FFR a regretté l’arrêt définitif du test-match féminin entre la France et l’Angleterre ce vendredi à Villeneuve-d'Ascq en raison d'une panne d'éclairage. La Fédération espère obtenir des explications auprès des organisateurs après la défaite des Bleues (15-17).

Battues de justesse en finale du Tournoi des VI Nations (10-6) le week-end dernier, les joueuses du XV de France voulaient prendre leur revanche ce vendredi à Villeneuve-d'Ascq lors d’un test-match face aux Anglaises. Malheureusement pour les Bleues, une panne d'éclairage a provoqué l’interruption puis l’arrêt définitif de la rencontre à la 62e minute. La Fédération française de rugby a ensuite demandé des explications pour faire la lumière sur cet incident.

"La Fédération Française de Rugby (FFR) est dans l’attente des explications de l’exploitant du stade, responsable de la continuité d’exploitation des installations et équipements techniques de l’enceinte, a indiqué l’instance présidée par Bernard Laporte dans un communiqué. La FFR regrette l’issue inattendue de ce match et tient à préciser que cet incident n’a en aucun cas remis en cause la sécurité des équipes et de l’ensemble de l’organisation."

Les Bleues encore battues

En quête de revanche, les Bleues d’Annick Hayraud ont finalement concédé une nouvelle défaite face au XV de la Rose. Comme le prévoit le règlement de World Rugby, l’arbitre en charge du match avait le pouvoir de valider l’arrêt de la rencontre suite à ce problème technique dans le stade.

Par conséquent, le score à la 62e minute fait office de score final et les Bleues se sont donc à nouveau incliner face à l’Angleterre (15-17). Les joueuses tricolores n’ont plus battu leurs rivales anglaises depuis leur succès dans le Tournoi des VI Nations en 2018.

"C'est dur à encaisser, a regretté la capitaine tricolore Gaëlle Hermet au micro de France 4 dès vendredi soir. Il nous restait vingt grosses minutes, je pense que le match était à notre portée. On avait à cœur d'aller chercher quelque chose."

JGL avec Jean-François Paturaud