RMC Sport

France-Australie: Jaminet impérial, des entrants tranchants... ce qu’il faut retenir de l’exploit des Bleus

Cela faisait 31 ans que la France ne s’était pas imposée en Australie! Après avoir craqué la semaine dernière (23-21), les Bleus – toujours sans leurs stars - ont cette fois signé l’exploit (28-26), ce mardi.

Cette fois, les Bleus n’ont encore pas craqué!

Le XV de France a bien cru revivre le terrible scénario du premier match qu’ils avaient perdu après la sirène (23-21) après une grosse bourde. Encore une fois, ils ont mené quasiment tout au long de la rencontre (à l’exception d’un 16-16 entre la 46e et la 51e) en prenant l’avantage dès la 2e minute avant de céder… à cinq minutes de la fin (26-25). Cette fois, les hommes de Fabien Galthié ont réussi à aller chercher la gagne sur une dernière mêlée enfoncée avec l’excellent Jonathan Danty… en troisième ligne. Impeccable, Melvyn Jaminet a offert la victoire aux Bleus. "On a su à aller la chercher en sens inverse, savoure Anthony Jelonch, capitaine français. Je suis très fier de l’équipe, je n’ai pas les mots. Avec cette équipe, on est capable de tout."

>> Australie-France (26-28): revivez l'exploit des Bleus

Jaminet impérial

En difficulté lors de sa première sélection, Melvyn Jaminet a signé une deuxième rencontre impeccable au pied. Il a signé un sans-faute au pied (8/8, 23 points) dont deux coups de pied lointains, ou un autre en coin. Il est aussi à l’origine d’une superbe percée dans l’axe (62 mètres gagnés, meilleur total français sur l’ensemble du match) se concluant sur une pénalité qu’il a lui-même passée (51e). Il a offert la victoire aux Bleus en conservant son sang-froid sur une dernière pénalité. Bluffant pour un joueur qui n’a encore jamais joué un match de Top 14.

Encore une grosse défense des Bleus

Comme il en a pris l’habitude, le XV de France a laissé la possession du ballon aux Australiens. Cela implique une défense incessante et les Bleus ont encore brillé dans ce domaine. Comme lors du premier test, Arthur Vincent fut énorme (25 plaquages, deux manqués). Son association avec Jonathan Danty (15 plaquages), encore très bon, a très bien fonctionné. Cyril Cazeaux a terminé la rencontre à 20 plaquages (deux manqués). Son remplaçant Romain Taofifenua a signé une entrée très remarquée en apportant de la puissance dans les zones de combat. Pour sa première sélection, Ibrahim Diallo a aussi passé le cap des 20 plaquages, 23 (trois manqués), le même total que le capitaine Anthony Jelonch (1 manqué). Le talonneur Gaëtan Barlot (cinq lancers en touche réussis) a signé une performance remarquée avec des prises d'initiative tranchantes. A noter aussi la prestation magnifique de Cameron Woki (15 plaquages, 60 mètres gagnés), avec un abattage de tous les instants et cinq dernières minutes en deuxième ligne.

L’entrée décisive des remplaçants

Les Bleus sont allés chercher cette victoire aussi grâce à leur banc. Le deuxième ligne Romain Taofifenua a brillé en apportant beaucoup de percussion et une grosse activité dans les zones de combat. Il a manqué de peu un essai mais a lâché le ballon au moment d’aplatir. Les Français ont arraché la mêlée de la gagne avec un pack profondément remanié et une première ligne où Bamba (14 sélections) faisait figure de vieux briscard auprès d’Enzo Forletta (1ere sélection) et Anthony Etrillard (2e sélection), qui s'est même permis un coup de pied à suivre pour libérer son camp en pleine pression adverse.

Sekou Macalou a aussi signé une belle entrée. Même le flottement provoqué par la sortie sur blessure de Kelian Geraci n’a pas plombé les Bleus. Le staff ne pouvait pas faire entrer un spécialiste du poste (Cazeaux et Azagoh étaient déjà sortis et Geraci souffrait d'une blessure à l'épaule, non d'un saignement qui autorise le remplacement par un joueur dejà sorti). L’arrière Anthony Bouthier a donc pris place au centre, faisant monter Jonathan Danty en troisième ligne et Cameron Woki en deuxième ligne.

NC