RMC Sport

Australie-France: une grosse bourde fatale et des belles choses… ce qu’il faut retenir du cruel revers des Bleus

Sans les finalistes du Top 14, le XV de France s’est incliné à la dernière seconde contre l’Australie (23-21), ce mercredi après une erreur incroyable sur leur dernier ballon. Les Bleus, méritants, peuvent s’en vouloir d'être passés si proches d'un premier succès en Australie depuis 31 ans.

Une incroyable erreur sur le dernier ballon

La France a mené pendant près de 80 minutes lors de ce premier test-match (de la 6e à la 83e précisément). Mais un dernier ballon incroyablement mal négocié a offert la victoire à l’Australie (23-21). Après une touche d’Etrillard, Cretin volleye difficilement vers Iribaren. Sous pression, le demi de mêlée n’ose pas taper en touche et envoie une passe "dans les chaussettes" de Jaminet qui, lui, transmet… à l'Australien Tate McDermott. Ballon récupéré par les Australiens à 15 mètres de la ligne française. Après une longue séquence de pilonnage, l’Australie a récupéré la pénalité de la gagne à la 83e minute de jeu. La France avait le ballon pour gagner son premier match en Australie depuis 31 ans. Elle l’a gâché. Elle a désormais deux autres occasions le 13 juillet à Melbourne et le 17 juillet à Brisbane. Mais cela rappelle le scénario du dernier match face à l'Ecosse lors du dernier Tournoi des VI nations.

Un Villière de gala

Il aurait pu prétendre disputer les Jeux olympiques avec l’équipe de France à 7. Gabin Villière met finalement ses qualités explosives au service du XV en Australie. L’ailier toulonnais s’est offert un doublé d’abord en bout de ligne (6e) puis en profitant d’une parfaite combinaison après une mêlée en repiquant intérieur pour se faire servir, au contact par Jonathan Danty (13e).

Des débuts contrastés pour les novices

En un mois, Mevlyn Jaminet est passé de la finale de Pro D2 à sa première sélection en équipe de France. Préféré à Anthony Bouthier, l’arrière était scruté. Il a livré une prestation d'abord sans complexe avec un long jeu au pied d’occupation en première période. Le joueur a même pris ses responsabilités en passant une pénalité de 50 mètres de côté pour permettre aux Bleus de reprendre huit points d’avance (13-21, 62e). Son coup de pied directement en touche (72e) a mis les Bleus sous pression. Sa dernière passe ratée a coûté la victoire aux Bleus.

Le talonneur de Castres, Gaëtan Barlot a plutôt bien tenu. Il a enchainé deux touches courtes en deuxième période après un lancer perdu. Le talonneur de Toulon Anthony Etrillard, les piliers Sipili Falatea (Clermont) et Quentin Walcker (Perpignan/Pro D2) ont aussi fêté leur première sélection et ce fut très compliqué pour eux, notamment en mêlée. Falatea a aussi été sanctionné après deux en-avants. Le demi de mêlée du Racing 92 Teddy Iribaren est, lui, entré à la 69e minute pour sa grande première et il n'a pas eu le sang-froid sur le dernier ballon des Bleus. Etrillard a lui été en difficulté sur ses lancers.

Une grosse défense

Cela est peut-être dû à l’impatience provoqué par la quatorzaine. Les Bleus ont démarré fort la rencontre en mettant en place une grosse défense d’entrée. Ils ont même pris la possession, contrairement à leurs habitudes. Damian Penaud a failli marquer d’entrée sur une interception consécutive à un quadrillage très pressant des Bleus. L’essai a été refusé mais les hommes de Fabien Galthié ont finalement trouvé l’ouverture quelques minutes plus tard par Gabin Villière en poussant leurs adversaires à la faute, à l’instar du troisième ligne Dylan Cretin sur Michael Hooper. Dans ce secteur, Jonathan Danty a aussi abattu un gros travail. Le centre a été très précieux en fin de match en obtenant une pénalité libérant les Bleus.

Une grosse indiscipline

Auteurs d’une entame parfaite, les Bleus ont mené 15-0 après 24 minutes de jeu, marquées aussi par un essai refusé aux Australiens. Puis les Wallabies - qui n’avaient plus joué ensemble depuis sept mois – ont appuyé plus fort pour camper dans le camp adverse. Les Bleus ont multiplié les fautes (13 pénalités concédées), profitant seulement des choix hasardeux des Australiens (qui ont choisi la touche à plusieurs reprises plutôt que les points ou la mêlée) pour bénéficier d’un sursis avant de craquer sur l’essai de Brandon Paenga-Amosa (34e) sur un ballon porté. Ils ont encore subi à l’entame de seconde période

La conquête en souffrance

Après avoir systématiquement évité la mêlée en première période privilégiant la touche, les Australiens ont mis les Bleus en souffrance dans ce secteur en deuxième période, leur permettant de revenir progressivement au score. Sur les treize pénalités concédées, trois l’ont été en mêlée.

Une charnière au niveau

Sans Romain Ntamack, Mathieu Jalibert, ni Antoine Dupont, la charnière Carbonel-Couilloud a tenu son rang. L’ouvreur toulonnais d’abord manqué une transformation avant de passer ses autres tentatives (3/4). Il a aussi envoyé quelques chandelles. Couilloud a aussi plutôt bien mené le jeu et montre l’exemple en défense par un gros plaquage sur Rob Valetini (42e). Il a cédé à la précipitation sur une passe manquée (68e).

NC