RMC Sport

France-Nouvelle-Zélande: comment les Bleus abordent "le grand défi" face aux Blacks

A l’image de leur capitaine Antoine Dupont, les joueurs du XV de France ont déjà la tête au Stade de France où ils défieront la Nouvelle-Zélande samedi soir pour leur troisième test-match d’automne. Le défi est immense mais les Bleus veulent croire en un exploit.

Pas très bavards Antoine Dupont et Raphaël Ibanez. A vingt-quatre heures du choc face à la Nouvelle-Zélande, samedi soir au Stade de France, le capitaine du XV de France et le manager des Bleus, semblaient déjà être entrés dans leur match face aux All Blacks. Après deux victoires face à l’Argentine (29-20) et la Géorgie (41-15), ce troisième test-match automnal face aux triples champions du monde néo-zélandais (1987, 2011, 2015) a tout du test grandeur nature à deux ans de la Coupe du monde.

Mais si les All Blacks ont de quoi faire très peur, les joueurs de Fabien Galthié abordent ce choc sans complexe. Et rêvent d’imiter les Irlandais, auteurs d’un exploit face aux Néo-zélandais (29-20) le week-end passé : "Ils peuvent être prenables, appuie le demi de mêlée Antoine Dupont. C’est un collectif qui perd très rarement. On a vu la débauche d’énergie, la qualité des Irlandais qui ont fait très peu d’erreurs. C’est la somme de tous ses efforts qui peut nous mettre en position de gagner contre cette équipe."

"Progresser, prendre de l’expérience et améliorer notre vécu commun"

Si le rapport de force s’annonce néanmoins déséquilibré sur le papier, les Bleus tenteront de faire au moins jeu égal avec leurs adversaires, histoire, aussi, de se donner un peu plus de confiance à deux ans des retrouvailles au Mondial 2023 : "C’est une étape importante dans notre parcours parce qu’on joue une équipe qui est une référence mondiale de ces dernières années, rappelle Antoine Dupont qui "ne se fait pas une montagne" du Haka. Nous, on est encore en construction. Affronter cette équipe nous permet de progresser, de prendre de l’expérience et d’améliorer notre vécu commun."

Et le Toulousain de conclure : "C’est vrai que nous ne sommes pas beaucoup à les avoir affrontés, mais ça reste une équipe de rugby, il faut juste le voir comme gros match, un grand défi, comme on a déjà eu ces dernières années. Se confronter aux meilleurs ne peut que nous faire progresser."

ABr avec JFP