RMC Sport

"Du côté de l’amour des valeurs d’un sport propre", le Racing 92 se défend dans l'affaire des corticoïdes

Dan Carter et Juan Imhoff

Dan Carter et Juan Imhoff - AFP

Par le biais d’un communiqué, le Racing 92 s’est expliqué ce vendredi sur les révélations de L’Equipe mettant en lumière des traces de corticoïdes dans les urines de trois joueurs Ciel et Blanc lors de la finale de Top 14 gagnée contre Toulon.

Le Racing 92 n’a pas mis longtemps à réagir aux révélations de L’Equipe. Jeudi soir, le quotidien révélait la présence de corticoïdes dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff au terme de la finale du Top 14 la saison passée remportée face à Toulon au Camp Nou.

A lire aussi>> Top 14 - Racing : quel impact avaient eu Carter, Rokocoko et Imhoff lors de la finale ?

« Nous comprenons l’émoi provoqué par le mot corticoïde, peut-on lire dans un communiqué publié ce vendredi matin par les champions de France. Ce mot a des résonances émotionnelles fortes car il peut correspondre à des comportements amoraux et illégaux. Il peut aussi correspondre à des pratiques connues, légales, justifiées par la médecine. »

A lire aussi>> Racing : des traces de corticoïdes dans les urines de Carter, Imhoff et Rokocoko lors de la finale 2016

Des traitements qui ne nécessitent pas d’AUT 

Le Racing a aussi évoqué le fond de l’affaire. Alors que L’Equipe a indiqué que les trois joueurs ne disposaient pas d’autorisations à usage thérapeutique (AUT) qui auraient pu justifier l’usage de corticoïdes, le club francilien garantit avoir respecté les règles. « Il s’agit de traitements administrés par voix autorisée, prodigués en réponse à des pathologies avérées, plusieurs jours avant la finale du Top 14 et ne nécessitant pas d’AUT », indique les Ciel&Blanc qui promettent « une transparence totale. »

Le club des Hauts-de-Seine entend enfin montrer patte blanche : « Le Racing 92 veut affirmer avec la plus grande force que son éthique, sa pratique sportive, n’ont rien à voir avec des pratiques illégales, nous sommes du côté du droit, de l’éthique et de l’amour des valeurs d’un sport propre. Nous ne formons pas des joueurs, nous formons des hommes. La santé et la morale sont deux exigences cardinales. »

A lire aussi>> Racing : L’agent de Carter et Rokocoko s’explique sur les traces de corticoïdes