RMC Sport

Racing : des traces de corticoïdes dans les urines de Carter, Imhoff et Rokocoko lors de la finale 2016

Daniel Carter

Daniel Carter - AFP

L’information est révélée ce jeudi soir par L’Equipe. Selon le quotidien, des traces de corticoïdes auraient été retrouvées dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff au terme de la finale du Top 14 la saison passée remportée face à Toulon au Camp Nou. Des joueurs qui ne disposeraient pas d’autorisation médicale pour justifier la prise de cette substance en compétition, affirme également le journal.

La nouvelle devrait faire l’effet d’un séisme dans le milieu du rugby. Selon L’Equipe, le Racing 92 va devoir faire face à trois cas litigieux suite à un contrôle urinaire inopiné à Barcelone au terme de la finale du Top 14 2015/2016 au Camp Nou, remportée par les Franciliens le 25 juin dernier face à Toulon (29-21). Le quotidien affirme que des traces de corticoïdes ont été retrouvées dans les urines de Dan Carter, Juan Imhoff et Joe Rokocoko à l’issue de ce test effectué par l’AFLD (Agence française de lutte contre le dopage) sur l’ensemble des acteurs de cette finale. Une opération rendue possible en dehors du territoire français en raison des accords bilatéraux dans ce domaine entre la France et l’Espagne.

A lire aussi >> Top 14 : Brive dompte le Racing 92 avec autorité

Carter, Imhoff et Rokocoko n’auraient pas d’AUT

Selon L’Equipe, les premiers résultats analytiques ont détecté des anomalies dans les urines des trois Racingmen avec la présence de traces de corticoïdes, des produits interdits en compétition sans autorisation. Le quotidien affirme sur ce point que les trois joueurs franciliens ne disposaient pas d’AUT, qui auraient pu permettre l’utilisation de substances proscrites en compétition.

A lire aussi >> Boudjellal pourrait se retirer du rugby

Selon nos informations, le Racing ne niera pas que ses trois joueurs ont pris des dérivés de corticoïdes dans le cadre de traitements médicaux, pour soigner des blessures. La Fédération française de rugby était, elle, au courant, pour au moins deux de ces trois joueurs, qu'ils avaient eu recours à des dérivés de corticoïdes afin de traiter ces blessures. Avertie désormais officiellement de ces cas par l'AFLD, la FFR a 40 jours pour mener son enquête.

A lire aussi >> Racing 92 : Labit tacle l'arbitrage... et ironise sur le "New Deal"

Les joueurs seront-ils sanctionnés ?

Toujours selon L'Equipe, ces sanctions éventuelles dépendent du dosage du produit et du mode d'administration. Le règlement permet ainsi dans certains cas de traiter des blessures avec des corticoïdes sans passer par des AUT, à condition de le déclarer au moment du contrôle, ce qui n'exonérera pas le joueur contrôlé de devoir se justifier devant la commission médicale de la Fédération.

Un dossier d'autant plus complexe que la loi française permet aux clubs et sportifs mis en cause de se défendre rétroactivement, sans avoir obtenu d'AUT au préalable. Certaines autorisations peuvent ainsi être délivrées a posteriori.

Mathieu Idiart